Lali

21 décembre 2009

Le recueil de Gérard de Nerval 1

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

gilman-harold-john-white.jpg

J’ai eu envie ce soir de laisser aux lectrices du soir un recueil de Gérard de Nerval que j’ai acheté il y a bien longtemps chez un libraire qui avait la passion des vieux livres. L’édition que je possède du recueil Le rêve et la vie (collection du Flambeau, aux éditions Hachette), qui réunit des poèmes comme des textes en prose, date de 1955 et possède cette odeur des livres qui ont vécu et qui ne plait pas à tous. Une odeur qui n’a pas fait fuir la lectrice peinte par Harold John Wilde Gilman qui est allée ici et là avant de s’arrêter sur ce texte :

Une allée du Luxembourg

Elle a passé, la jeune fille
Vive et preste comme un oiseau :
A la main une fleur qui brille,
A la bouche un refrain nouveau.

C’est peut-être la seule au monde
Dont le cœur au mien répondrait,
Qui venant dans ma nuit profonde
D’un seul regard l’éclaircirait!

Mais non, – ma jeunesse est finie…
Adieu, doux rayon qui m’as lui, –
Parfum, jeune fille, harmonie…
Le bonheur passait, – il a fui!

Quand François Emmanuel raconte la passion

Filed under: À livres ouverts,Mes lectures belges — Lali @ 19:23

savinsen.jpg

La passion et tout ce qu’elle a d’interdit ont mené sa mère à la mort. Mais ça, Jeanne l’ignore quand s’ouvre le roman en 1941. Sa curiosité et son acharnement lui feront découvrir le secret de Millie Savinsen à l’heure où elle-même, Jeanne, sa fille, celle qui tient le château familial malgré sa jeunesse en l’absence de son père emprisonné et des absences de son grand-père qui a laissé sa tête se perdre dans ses souvenirs, aimera de la même manière que sa mère a aimé.

Sa mère a aimé un autre que son père avec une passion sans retenue. Jeanne aimera un ennemi, un Allemand qui aime la langue française, les poètes, la musique. Un homme qui la sortira d’elle-même et la fera rêver dans ces Ardennes occupées, dans ce château qui est le sien et qu’on a réquisitionné. Amours interdites, amours contrecarrées, amours marquantes.

La passion Savinsen, histoire d’amour, histoire de guerre, histoire tout court. Magnifiquement écrite par François Emmanuel qui chaque fois a les mots et le regard justes sur ce qui anime l’être humain. Un grand roman pour lequel on lui a décerné le prix Rossel en 1998.

Un monde de rêve et de fantaisie

Filed under: Couleurs et textures,Les trouvailles de Lali — Lali @ 16:44

hamor-laura.jpg

Certains univers ont l’art de vous faire sourire. C’est le cas de celui de Laura Ludwig Hamor qui, à partir d’un simple dessin au crayon, auquel elle ajoute des couleurs puis de la pâte à modeler, fabrique un monde de rêve et de fantaisie que je vous invite à découvrir en allant chez elle.

Le regard de Lanourse

Filed under: Vos traces — Lali @ 14:04

p1070251.JPG

p1070253.JPG

Sachant à quel point j’aime les couleurs et la peinture, Lanourse s’est empressée de partager ces deux photos prises au hasard d’une promenade que vous pourrez découvrir ici.

La suggestion du 21 décembre 2009

Filed under: Couleurs et textures,La suggestion du jour — Lali @ 12:00

simm-franz.jpg

La lectrice peinte par Franz Simm s’intéresserait-elle à l’art nouveau? Si oui, il faut absolument qu’elle aille faire un tour là-bas!

Il a neigé sur l’Auvergne

Filed under: Signé Lilas,Vos traces — Lali @ 10:14

dsc_4863jpg-bis-lali.jpg

Et Lilas était au rendez-vous! Et quel superbe rendez-vous, non?

Ouate ou neige?

Filed under: Signé Armando,Vos traces — Lali @ 8:08

img_0213_lali.jpg

On peut se le demander devant toute la douceur qui se dégage de cette photo prise par Armando!

Genève continue de se préparer à la fête

Filed under: Vos traces — Lali @ 7:14

tz5-23112009-2_l.jpg

Et Denise continue de surveiller tout ça de près!

Pas longtemps

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 6:20

dewit-marchant-deborah-11.jpg

Alors que la distance qui nous sépare de Noël ne se compte plus en jours en heures, si vous preniez le temps de vous asseoir un peu, juste un peu? Pas longtemps. Juste le temps d’un thé ou d’un café. Juste le temps de lire les quatre textes qui sont venus éclairer la toile du 13 décembre et qui sont réunis dans un des livres de la toile de Deborah DeWit Marchant. Vous serez étonnés et ravis de ces regards si différents les uns des autres, et peut-être cela vous donnera-t-il envie de poser le vôtre sur la toile proposée hier. Qui sait…