Lali

18 décembre 2009

Les vers d’Éluard 19

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

helleu-paul-cesar-10.jpg

C’était ce soir au tour de la lectrice de Paul César Helleu de se laisser bercer par les vers d’Éluard. Des vers qui, chacun, lui parlaient à leur manière. Jusqu’à ce qu’elle croise ceux-ci et qu’elle décide que ce serait là l’extrait du soir :

J’ai fermé les yeux pour ne plus rien voir
J’ai fermé les yeux pour pleurer
De ne plus te voir.

Où sont tes mains et les mains des caresses
Où sont tes yeux les quatre volontés du jour
Toi tout à perdre tu n’es plus là
Pour éblouir la mémoire des nuits.

Tout à perdre je me vois vivre.

les silences du ciel

bloom-micah-1.jpg

le ciel étire ses silences
mes mains caressent le lit désert
l’ombre de la lune habite les draps
où ton corps ne s’imprimera plus

(décembre 2009)

*toile de Micah Bloom

Une femme, toutes les femmes pour un roman

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 20:18

femme-vacante.jpg

« Une femme émue se répand en confidences qu’elle devra payer comptant dès le lendemain. » (p.16)

Ainsi s’exprime Alice, la narratrice de Femme vacante, le premier roman de Frédérique Martin (paru en 2007). Alice qui a tout quitté, mari et enfants, pour suivre celui qui finira par l’abandonner sur un quai de gare qu’elle retrouve jour après jour. Femme d’attente dans une salle d’attente.

C’est là qu’elle rencontre Adèle. Adèle qui attend la mort en traînant avec elle son chien empaillé et qui pousse Alice à vivre. À cesser d’être cette femme d’attente, cette femme vacante qu’elle est devenue. Adèle qui l’aide à démêler les fils.

Frédérique Martin maîtrise les mots et les situations avec un talent rare, dont je vous ai déjà parlé ici. Elle sait entrer au plus profond de l’âme et de ses questionnements, là où ça fait mal.

Son Alice, ce sont toutes celles qui ont aimé un jour. Toutes celles qui se sont trompées, toutes celles qui se sont perdues en laissant à l’autre toute la place. « Pour repousser l’austère vérité, on invente, alors qu’il faudrait regarder. » (p. 133)

Frédérique Martin signe ici un roman plein de nuances. Un roman fort dont on a envie de retenir plus d’une phrase tant elles sont justes, tant l’écriture est magnifique. À lire. Absolument.

Perdue dans des rêves qui s’étirent

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 17:11

maliavin-philip-1.jpg

A-t-elle comme moi des envies de partir? Regarde-t-elle vers l’est comme je le fais matin après matin en rêvant de ces villes ailleurs qui ont tant d’histoires à raconter? Il me plait de l’imaginer semblable à moi. Perdue dans des rêves qui s’étirent, tantôt bleus, tantôt roses. Alors que la lumière du jour doucement efface ses traces et que seuls les mots s’éclairent du nom des pays dont elle rêve.

*toile de Philip Maliavin

Le surveillant

Filed under: Signé Armando,Vos traces — Lali @ 14:08

lali-ponte.jpg

Mais que surveillait-il ainsi ce jour-là à Anvers? Avait-il à l’œil Armando et son appareil photo?

La suggestion du 18 décembre 2009

Filed under: Couleurs et textures,La suggestion du jour — Lali @ 12:01

shmatava-marta.jpg

La clé que les lectrices de l’artiste Marta Shmatava ont déposée sur un livre servirait-elle à ouvrir une de ces portes?

Un temps pour suspendre le temps

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 9:58

fisher-prout-margaret.jpg

Il fait un temps pour s’emmitoufler. Un temps pour un feu de foyer – si j’en avais un. Un temps pour la paresse, pour les livres, pour les biscuits. Un temps pour suspendre le temps, le laisser aller à son rythme sans se demander si on gaspille de précieuses minutes à ne rien faire sauf rêver.

*toile de Margaret Fisher Prout

C’est votre avis?

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 8:00

metsu-gabriel-1.jpg

Comme le weekend risque une fois de plus d’être fort occupé – mais chut, c’est une surprise! -, l’écrivaine peinte par Gabriel Metsu est déjà à la tâche. Il paraîtrait que la toile du moment a bien des secrets à révéler! C’est votre avis?

Rose de novembre

Filed under: Vos traces — Lali @ 6:18

tz5-25112009-02_l.jpg

Offerte par Denise et que j’avais mise de côté pour la garder pour mon premier jour de vacances… c’est-à-dire aujourd’hui!