Lali

29 octobre 2009

Hublots 7

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

kamath-vasudeo-2.jpg

La lectrice du peintre indien Vasudeo Kamath ne pouvait deviner que le recueil de Susanne Hamel-Michaud intitulé Hublots allait autant la toucher. Et pourtant, tel fut le cas. Surtout quand elle a parcouru ces lignes :

Quelque chose

Quelque chose de nous
sans cesse part

dépassant les jours
les ans les départs

si l’âme asile du cerveau
du rêve

survit à sa prison de chair
sa sève

l’amour immatériel
comme un rempart

peut servir de flamme
à tous les regards

Le marchand de passés, à lire absolument

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 20:04

marchand-de-passes.jpg

Un bouquiniste qui invente des passés aux gens, voilà en toute simplicité la trame du roman de José Eduardo Agualusa. Une trame qui avait tout pour plaire à l’ancienne libraire et la faiseuse d’histoires à partir de toiles que je suis. C’est donc avec bonheur que je me suis plongée dans Le marchand de passés.

Dès les premières pages, nous voilà fixés. Nous sommes en Angola, après la révolution et Félix Ventura, le marchand de passés, nous est raconté. Au présent, comme au passé, grâce aux personnages qui gravitent autour de lui et grâce à l’œil vigilant de son seul ami, un gecko, qui fut autrefois un être humain qui dévorait les livres, qui fait office de narrateur. Pas étonnant, pour cette raison, que ce dernier se sente si bien dans cet univers de papier(s) qu’est celui de Félix.

L’histoire donc se construit, tout comme l’Histoire, à petits pas. Tout allait bien pour Félix jusqu’à l’arrivée d’un étranger qui, comme d’autres, se cherche une identité angolaise, et qui prendra beaucoup de place dans sa vie. Tout allait bien et Félix ne se posait pas trop de questions. Il inventait des passés, il les vendait, et ses « clients » pouvaient désormais vivre tranquilles, ils étaient de bons Angolais, avec une ascendance digne d’être citée.

Mais cet étranger ne laissera pas Félix tranquille. Il poussera l’expérience jusqu’au bout. Jusqu’à l’improbable et l’impossible.

Le marchand de passés est un roman qui chavire nombre d’idées reçues, qui va dans les tranchées de la mémoire, là où certains – la plupart? – n’osent pas aller. Avec une maîtrise d’écriture et un regard sur les humains implacable.

À inscrire à votre liste des À lire absolument.

Le laurier-rose de Chris

Filed under: Vos traces — Lali @ 16:44

laurier-rose.JPG

Ça ne vous donne pas envie de vous asseoir dans le jardin de Chris, ce laurier-rose?

Les couleurs du parc La Fontaine

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 14:31

photo-402.jpg

photo-400.jpg

photo-384.jpg

photo-411.jpg

photo-418.jpg

photo-419.jpg

photo-417.jpg

photo-416.jpg

photo-412.jpg

photo-414.jpg

photo-413.jpg

photo-379.jpg

photo-396.jpg

C’est le plus grand parc urbain de Montréal. Peut-être est-ce pour cette raison qu’il compte tant de couleurs…

La suggestion du 29 octobre 2009

Filed under: Couleurs et textures,La suggestion du jour — Lali @ 12:00

casas-pilar.jpg

Avec novembre à nos portes et le retour à l’heure normale, il y a décidément bien peu de lumière pour lire. Probablement que la lectrice peinte par Pilar Casas préférerait être ? Vous aussi, non?

Quand il y avait encore du vert

Filed under: Signé Armando,Vos traces — Lali @ 10:43

lali-img_6447.jpg

Armando a pris soin de le mettre de côté juste pour nous!

Les arbres de la rue Viau

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 7:54

photo-348.jpg

photo-360.jpg

photo-363.jpg

photo-364.jpg

photo-368.jpg

photo-369.jpg

photo-370.jpg

photo-366.jpg

photo-367.jpg

Toute ma vie, les arbres de la rue Viau me rappelleront mon enfance, car c’était la rue qu’il fallait emprunter pour aller chez mes grands-parents paternels qui habitaient Viauville, un quartier qui a été fondu dans un autre depuis, à une époque où la biscuiterie Viau, où ma grand-mère travaillait, existait encore. Mais ce qui n’a pas changé, ce sont ses arbres, plus beaux d’année en année…

En flagrant délit de désobéissance

Filed under: Vos traces — Lali @ 7:03

tz5-04102009-47.jpg

p1060132a.jpg

tz5-11102009-006.jpg

tz5-04102009-24.jpg

tz5-11102009-012.jpg

tz5-11102009-019.jpg

tz5-11102009-029.jpg

tz5-11102009-025.jpg

tz5-04102009-33.jpg

tz5-04102009-25.jpg

Ils auraient dit à Denise qu’ils ne savent pas lire. Belle excuse!

Dates

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 6:24

fugoli-tracey.jpg

Arracher au calendrier les pages clés, les dates souvenirs, les jours mémoires, tous ces chiffres qui heurtent et font trébucher. Oui, les arracher pour retirer de soi les douleurs qu’elles évoquent. Les manques qui jaillissent de loin pour faire des ronds dans l’eau.

Oui, les arracher. Ah si elle pouvait…

*toile de Tracey Frugoli