Lali

9 octobre 2009

Un appel à l’essentiel 8

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

karpukhin-dmitry-a.jpg

Il a suffi d’un seul poème à la lectrice peinte par Dmitry A. Karpukhin pour être séduite par l’écriture d’Antonio Ramos Rosa. Un seul poème tiré du Livre de l’ignorance. Celui-ci :

Nous écrivons et nous ne savons pas si la figure
aux narines irisées peut d’un seul geste
concevoir les vestiges qui la délivrent
de toute autre vérité que le vent
et qui de la salive ourdissent l’éclair
ou le silence des versants obscurs
Sans savoir nous apprenons lentement à connaître
un autre espace au dessin translucide
où s’ébauchent de légers capillaires
dans la vision gracieuse au visage de reine
Écrire serait alors comme si sur la colline
le soleil s’illuminait en ouvrant
des sillons verts dans la maison
où la mer se rend à la paix des fenêtres

il n’est d’étoiles et d’amour

schulenburg-paul.jpg

on ne compte pas les étoiles
ni les fleurs ni les nuages
pas plus que les mots d’amour

on n’emprisonne pas les papillons
ni les oiseaux ni le soleil
pas plus que celui qu’on aime

il n’est d’étoiles et d’amour
que libres

(octobre 2009)

*toile de Paul Schulenburg

Ces phrases, regards et gestes qui ne sont pas les nôtres

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 20:05

arkhipova-ekaterina-1.jpg

La remarque mal tournée reflétait-elle vraiment ce que celle qui l’avait faite voulait exprimer? Le regard qui se posait, scrutateur, l’était-il vraiment ou n’était-ce là que l’impression de celle qui en avait été l’objet? Le geste qu’il avait eu avait-il une signification cachée?

Nous sommes tous là, avec des phrases, des regards, des gestes, qui ne sont pas les nôtres, mais dont on voudrait parfois saisir ce qu’ils sous-tendent. Qu’on voudrait creuser pour comprendre. Mais vaut-il la peine de se blesser soi-même en cherchant ce qui n’est peut-être pas là?

Laissons là phrases, regards, gestes qui n’ont de portée que si on veut bien leur en donner. Ils n’existent déjà plus, fondus dans le magma des tous les autres en devenir. Qui nous heurteront seulement et seulement si on les laisse agir sur nous.

*toile d’Ekaterina Arkhipova (dont le site ne semble plus exister)

Il y a des couleurs aussi en Suisse!

Filed under: Vos traces — Lali @ 17:02

tz5-03102009-01.jpg

tz5-03102009-13.jpg

tz5-03102009-14.jpg

tz5-03102009-08.jpg

tz5-27092009-11.jpg

tz5-27092009-62.jpg

Et Denise a bien pris soin de nous préparer un assortiment de celles-ci!

La haie de cèdres

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 14:47

photo-131b.jpg

photo-132b.jpg

photo-133b.jpg

photo-138b.jpg

Serait-elle en train de se préparer pour l’hiver?

La suggestion du 9 octobre 2009

Filed under: Couleurs et textures,La suggestion du jour — Lali @ 12:00

neogrady.jpg

La lectrice peinte par l’artiste hongrois Antal Neogrady aurait-elle besoin de se dégourdir les jambes? Et si je lui proposais un bien joli endroit pour le faire?

Chinoiseries au jardin botanique 5

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 10:51

photo-3306.jpg

photo-3268.jpg

photo-3277.jpg

photo-3282.jpg

photo-3285.jpg

photo-3296.jpg

photo-3299.jpg

Il va sans dire que ce sont les « pièces montées » se mirant dans l’eau qui sont les plus remarquables. Et avec raison… Quel beau spectacle que La Magie des Lanternes!

Juste quelques feuilles…

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 8:51

photo-088b.jpg

photo-106b.jpg

photo-130b.jpg

photo-146b.jpg

photo-147b.jpg

Des feuilles comme j’en trouve sur mon parcours…

Le charme des portes portugaises

Filed under: Signé Armando,Vos traces — Lali @ 7:23

portes-lart-es-dans-la-rue-0001.jpg

portes-lart-es-dans-la-rue-0002.jpg

portes-lart-es-dans-la-rue-0005.jpg

Les portes photographiées en Algarve par Armando possèdent un charme qui vous séduit? Nul doute alors qu’il vous faut absolument faire un tour par ici!

Toujours je rêverai

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 6:32

mcdermot-mary-k-5.jpg

Toujours je rêverai de ruisseaux, de fleuves, de rivières, d’océans ou de lacs. Toujours je rêverai qu’ils soient là, l’un ou l’autre, tout près. Toujours je rêverai de vivre au bord de l’eau. Toujours je rêverai de tous les jours pouvoir lire en écoutant son clapotis ou ses vagues. Toujours j’espérerai que mon rêve prenne forme.

*sur une toile de Mary K. McDermot