Lali

29 mai 2009

Pour celle qui aimait la montagne 7

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

rahn-jami-nix.jpg

Elle aussi s’est laissée séduire par les mots du poète André Velter. Comme si elle les avait attendus autrefois. Espérés. Sans savoir qu’ils existaient. La lectrice de Jami Nix Rahn n’a rien dit avant de partir. Mais je savais que quelque chose avait bougé en elle parce que quelqu’un avait trouvé les mots pour aller droit à son cœur.

Force des mots

Je dois à la poésie
la grâce de ton amour.
Je dois à son pouvoir
l’offrande de ta voix,
l’aimantation de ta voix,
l’aimantation de ton pas,
une passion fabuleuse
et nos emportements.

Au comble de l’accablement
et du meurtre de nous,
jamais je ne laisserai dire
que la magie du poème
ne peut pas tout traduire
ni que la poésie
n’enchante pas la vie.
Elle seule,
comme la
Soupçonnée
de René Char,
garde force de mots
jusqu’au bord des larmes.

Fusion

jose-elizabeth.jpg

Se fondre l’un dans l’autre
jusqu’à ne plus savoir
où mon corps finit
et où commence le tien.
où ma langue n’est plus la mienne
mais la tienne.

(décembre 2007)

*toile d’Elizabeth Jose

Où qu’il aille, il y a du bleu!

Filed under: Signé Armando,Vos traces — Lali @ 16:42

lali-7-img_0362.jpg

Et en voici la preuve… Armando trouve du bleu partout, et plus que jamais en Algarve!

La clôture

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 15:00

photo-740.jpg

Tout laisse croire que dans quelques semaines on ne la verra plus… Je vous tiendrai au courant, je l’ai à l’œil!

La suggestion du 29 mai 2009

Filed under: Couleurs et textures,La suggestion du jour — Lali @ 12:00

grote-rich.jpg

La lectrice de l’artiste Rich Groote semble tant aimer l’océan que j’ai envie de l’inviter à faire un tour là-bas. Je crois qu’elle ne sera pas déçue et vous non plus!

La lectrice qui n’a peur de rien

Filed under: Scènes livresques,Signé Armando,Vos traces — Lali @ 10:54

img_0124dd.jpg

Et c’est le cas de le dire! Une voiture pourrait surgir, non? Heureusement, Armando la surveillait et en bon chevalier il l’aurait sûrement avisée du danger!

T’as le bonjour de M!

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 8:38

photo-903.jpg

Ah le dragueur… Bien installé sur le trottoir à deux pas du trottoir pour surveiller les nanas…

Fer forgé, rue Stanley

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 7:34

photo-758.jpg

photo-760.jpg

J’étais en plein centre-ville. Rue Stanley, entre le boulevard de Maisonneuve et la rue Sainte-Catherine. Je me dirigeais vers la librairie Odyssey que vous avez vue samedi quand j’ai été arrêtée par une entrée, que j’ai franchie. Tout au fond, une cour à l’européenne ou comme on en trouve dans un film de Hitchcock. J’aurais bien pris quelques photos, mais il y avait là deux amoureux – seuls au monde comme le sont tous les amoureux – et je suis repartie sur la pointe des pieds. C’est en sortant que j’ai vu ce petit détail enchanteur pour l’amoureuse de fer forgé que je suis. Un détail qui, je l’espère, vous fera aussi sourire!

La lectrice du bassin de La Villette

Filed under: Signé Chantal,Vos traces — Lali @ 7:12

p1010486.jpg

p1010489.jpg

p1010488.jpg

Si elle avait eu le temps, je crois bien que Chantal, au lieu de prendre des photos, aurait pris sa place!

L’exil

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 6:33

rejano-luis.jpg

L’exil avait commencé bien avant qu’elle n’en prenne conscience. Il était venu dès l’enfance, né de la différence qui isole dans un monde où copies conformes se réunissent et sont heureuses de se comprendre. Puis il s’était tapi quelque temps, caché derrière quelques livres, attendant son heure. Patient.

Il savait qu’on revient toujours à lui quand on le porte en soi, même si on tente d’étaler ses racines selon les circonstances. Il y en aura toujours une qui voudra aller vivre ailleurs et qu’on suivra. Là-bas. Ailleurs.

Et l’exil était là. À portée de la main. Au bout du regard. Dans la pièce tapissée de livres où elle vivait désormais.

*sur une toile de Luis Rejano

Page suivante »