Lali

25 mai 2009

Pour celle qui aimait la montagne 3

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

gaganov-alexander.jpg

Il me semble avoir vu ses yeux se mouiller un peu, mais je n’en suis pas vraiment certaine. Je sais juste que quand la lectrice d’Alexander Gaganov s’est enfoncée dans la nuit, elle a laissé le recueil d’André Velter ouvert sur ces vers :

À toujours

Il n’est autre avenir que toi
sanbs toi,
autre chemin que toi
sans toi,
autre chanson que toi
sans toi,
autre désir autre passion autre joie
que toi que toi que toi
mon amour à l’infini
amour plus vaste que nos vies
amour cruel, définitif amour

sans toi
il n’est autre amour que toi.

Léane

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 22:18

quang-bui-huy.jpg

C’était devenu trop difficile. Elle n’y arrivait plus. Et ainsi, les personnages des livres avaient pris la place des gens autour d’elle au fur et à mesure qu’elle se détachait d’eux, qu’elle écoutait d’une oreille inattentive leurs conversations, leurs lamentations, leurs affirmations qui attendaient de tous un signe d’assentiment et sûrement pas ce qui lui brûlait la langue il y a encore peu de temps. Quand elle disait encore qu’elle n’était pas d’accord. Avant qu’elle ne se taise, avant qu’elle ne les gomme de son paysage.

Non, Léane n’y arrivait plus. Et elle n’avait plus envie d’essayer.

*sur une toile de Bui Huy Quang

Un roman épistolaire plein de finesse

Filed under: À livres ouverts,Mes lectures belges — Lali @ 19:25

tentation-edouard.jpg

Geneviève, photographe, reçoit un jour une lettre d’Édouard, un de ses admirateurs qui a été interpellé par les personnages de sa dernière exposition. Puis une autre, et encore une autre. Flattée, elle commence par refuser de répondre à cet original à la plume alerte et inventive qui tente de la séduire parce qu’il est tombé amoureux d’elle. Puis elle décide de jouer le jeu. Le jeu de l’échange épistolaire initié par Édouard. Et qui doit rester un jeu, parce que Geneviève, bien qu’attirée par l’infatigable Édouard qui use de tous les sujets pour la tenter, est une femme heureuse en ménage.

Mais Édouard est patient et inventif. Il suscite son imagination et il la motive dans sa démarche photographique. Et d’une certaine manière, elle devient accro à cet échange qui se tisse, à cet univers dans les marges où tout est possible et où rien ne l’est.

Et c’est cet échange de lettres que nous offre la romancière Élisa Brune dont j’avais particulièrement aimé Petite révision du ciel, dont je vous ai parlé ici. Un échange ponctué par la narration de la vie de Geneviève hors des lettres, des réflexions qu’elle se fait comme des conversations avec son inséparable amie de toujours, Daphné.

Un jeu de séduction, sans faux semblant et sans fausse pudeur, quand il s’agit d’Édouard, avec de nombreuses réserves et un frein quand il s’agit de Geneviève. Ce qui donne un roman bien ficelé, sans longueurs, avec des passages qui donnent à réfléchir.

La tentation d’Édouard, c’est un regard sur l’art, sur la beauté, sur l’être humain, sur le quotidien et sur les fantasmes. Un regard tantôt léger, tantôt grave. La tentation d’Édouard prend parfois des allures de roman policier quand il faut trouver des lettres ou se plier à des demandes, lesquelles je tairai pour vous donner envie de lire ce roman.

Jusqu’où iront-ils? Se rencontreront-ils? Je vous laisse découvrir l’univers de Geneviève qu’Édouard veut séduire de mille et une manières. Vous ne vous ennuierez pas une seconde!

Typiquement bruxellois

Filed under: Signé Armando,Vos traces — Lali @ 14:16

flower-for-lali-img_0124.jpg

Faudra que je demande à Armando s’il y a aussi des pissenlits en Algarve, car celui-ci est typiquement bruxellois. Ça ne se voit pas?

La suggestion du 25 mai 2009

Filed under: Couleurs et textures,La suggestion du jour — Lali @ 12:00

miroshnik-konstantin.jpg

Il est peut-être là depuis longtemps. Enfermé depuis des jours, des semaines, en compagnie de ses vieux livres. Pourtant, Moscou est à deux pas. Si on emmenait le lecteur de Konstantin Miroshnik faire un tour en ville?

Lire sur un banc 3

Filed under: Scènes livresques,Signé Armando,Vos traces — Lali @ 10:24

img_0187ddd.jpg

lempire-du-soleil-img_0309.jpg

img_0089ee.jpg

img_0166aa.jpg

img_0087ee.jpg

img_0075de.jpg

Une fois de plus, Armando a déniché quelques lecteurs en train de lire sur un banc. Et bonne nouvelle, d’autres suivront!

Il n’y aura jamais trop de fleurs!

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 7:41

photo-734.jpg

photo-732.jpg

photo-731.jpg

Il n’y aura jamais trop de fleurs au pays de Lali, ni trop de lecteurs, ni trop de toiles… Car qui s’en plaint, s’il y en a, est quelqu’un qui refuse de rêver…

Fleurs en cascade

Filed under: Vos traces — Lali @ 7:18

tz5-04042009-10.jpg

tz5-02052009-113.jpg

tz5-10052009-66.jpg

tz5-10052009-61.jpg

tz5-10052009-48.jpg

tz5-10052009-57.jpg

Pour bien débuter la semaine, grâce à Denise!

Ne bougez pas!

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 6:02

le-sueur-eustache.jpg

Restez assis, ne bougez pas! Le lecteur peint par l’artiste Eustache Le Sueur vous apporte de quoi lire et de quoi écrire, d’abord les commentaires autour de la lectrice qui vous a été offerte le 17 mai, puis la toile de cette semaine qui attend vos rimes, vos nouvelles ou même une une seule phrase, comme a choisi de le faire Servanne à qui nous souhaitons la bienvenue dans la grande famille des auteurs d’En vos mots. J’en profite aussi pour souligner le retour de Reine, qui commençait à nous manquer sérieusement!

À l’heure du Portugal 10

dodge-helen-1.jpg

moment musical en compagnie de Joana Amendoeira
interprétant Apelo

*toile signée Helen Dodge