Lali

24 avril 2009

À tout regard 3

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

markenzy-julius-cesar.jpg

Une à une, je les regarde. Soir après soir. Et je me dis que j’ai bien fait de laisser la porte ouverte. Pour que chacune ait droit à ce moment d’éternité que génère la poésie. Une à une, je les regarde partir. La lectrice de Julius Cesar Markenzy, comme les autres. Elle qui a laissé ouvert À tout regard de Nicole Brossard ici :

page par impression déroulée dans l’idée
de l’aube ce besoin d’exister
la peau du délire à force d’expression
dans les villes au toucher
la réalité comme une souplesse du langage
au matin, café, l’évidence capable
de sens

Nuages bleus

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 19:25

photo-358.jpg

Quelques secondes seulement, les nuages ont été bleus. Le temps d’une photo.

Un des bouquets de Monique

Filed under: Images indélébiles,Signé Lali — Lali @ 17:44

photo-277.jpg

Il fut une époque où ma sœur passait des heures à concocter des bouquets de fleurs séchées avec art et passion. Des bouquets que nous conservons tous en espérant qu’un jour elle retrouvera le temps et le goût de nous en créer d’autres.

Les livres qu’on ne finit pas

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 14:54

lohner-pierre.jpg

Longtemps, j’ai lu des livres qui ne m’intéressaient dès la première et ce jusqu’à la dernière. Parce que je me sentais coupable si je ne le faisais pas. Même si le livre me tombait des mains, si je n’en aimais pas l’écriture, si je trouvais le personnage principal antipathique, si j’estimais que rien ne tenait debout, s’il y avait un nombre impressionnant de coquilles, même si, quoi.

Et puis, un jour, j’ai dit assez. Est-ce que je mangeais un plat trop salé ou une viande pas suffisamment cuite; est-ce que je buvais du lait qui avait tourné; est-ce que je tolérais des musiques qui m’agressaient; est-ce que je déposais ma main sur un rond allumé? Non, je ne faisais rien de tout cela. Pourquoi alors devais-je aller au bout d’un livre alors que si celui-ci avait été un CD je l’aurais rangé après trois chansons? Pourquoi devais-je gober sans ronchonner toutes ces erreurs de dates alors que ça me donne de l’urticaire au cerveau? Pourquoi devais-je en voir la fin? Pour dire ouf? Pour dire enfin? Non, la vie est bien trop courte pour cela.

Je ne suis pas coupable. Ni de ne pas tout aimer ni d’abandonner un livre avant la fin.

*toile de Pierre Lohner

La suggestion du 24 avril 2009

Filed under: Couleurs et textures,La suggestion du jour — Lali @ 12:00

french-school-1745-1805.jpg

Ce lecteur peint par un artiste de l’école française entre 1745 et 1805 a tout d’un passionné des livres. Ce billet ne pourra que lui plaire, j’en suis certaine!

Bien à son aise

Filed under: Scènes livresques,Signé Armando,Vos traces — Lali @ 10:56

lali-lecteur-clipboard01.jpg

Voilà bien un lecteur qui s’est installé bien à son aise. Une pause que toute femme en jupe ne peut se permettre, mais qui aurait sûrement bien plu à Armando si le lecteur avait été une lectrice!

Lectrice à la fenêtre

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 8:13

birney-william-vierplanck-2.jpg

Il y a toujours quelque chose qui accroche son regard et qui la touche. Cet oiseau sur une branche ou un poteau à qui le ciel appartient. Ce chaton qui court après son ombre sans jamais l’attraper. Ce ballon qui roule et qui précède l’enfant qui le ramassera. Le rouge d’un vêtement qui se détache du gris là-bas. Un nuage qui lui rappelle un visage. Tous ces petits détails qu’elle emmagasine avant de reprendre son livre en souriant.

*sur une toile de William Vierplanck Birney

J comme jonquilles

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 7:27

photo-406.jpg

photo-411.jpg

photo-412.jpg

photo-413.jpg

Ou J comme Joie. Elles sont bel et bien montréalaises et fières de l’exprimer tout haut, même sous la pluie!

Histoire d’amour

Filed under: Vos traces — Lali @ 7:07

tz5-12042009-15.jpg

tz5-05042009-38.jpg

tz5-13042009-21.jpg

Ils filaient le parfait amour sur les flots bleus du lac Léman. Puis, il y eut un premier rapprochement. Puis un second. Tant et si bien que désormais Denise surveille l’arrivée des petits des amoureux du lac Léman.