Lali

18 avril 2009

Mouvances 5

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

bernath-aurel.jpg

C’est à la lectrice du peintre hongrois Aurel Bernath que j’ai ouvert la porte ce soir. Puis, je lui ai laissé toute la place. Tout son temps. Je voulais qu’elle puisse lire avec bonheur et sans se presser Mouvances de Jeanne Gagnon. Voici ce qu’elle a retenu :

Sur le corps des mots
La rencontre de l’excessif
Violentait temps-espace

Sur le corps des mots
Le séisme
Creusait tranchée nouvelle

comme une étoile filante

dobbyn-adams-phyllis.jpg

je passerai dans vos vies
comme une étoile filante
trace dans le ciel
minute d’éternité
quelques mots éparpillés
dans le dédale
de vos vies en partance

(avril 2009)

*toile de Phyllis Dobbyn Adams

Il doit bien y en avoir encore quelque part

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 19:13

barba-monica-1.jpg barba-monica-2.jpg

J’aimerais un jour trouver une de ces vieilles machines à écrire dans un marché aux puces ou une vente de garage. Car il doit bien en traîner encore quelque part.

Si un jour j’avais la chance de faire une telle trouvaille, je déposerais celle-ci sur une table ou sur un des rayons de mes nombreuses étagères. Comme je le ferais d’une œuvre d’art. Et je la regarderais, en caresserais les touches, en me disant que de grands romans ont été tapés sur une machine comme celle-ci.

*illustrations de Monica Barba

Peintres et lecteurs

Filed under: Scènes livresques,Signé Chantal,Vos traces — Lali @ 15:56

p1010350.jpg

Tiens, tiens, voilà maintenant les peintres de Montmartre croisés par Chantal en pleine lecture. Reste à savoir si les nouvelles sont bonnes…

La suggestion du 18 avril 2009

Filed under: Couleurs et textures,La suggestion du jour — Lali @ 12:00

alvarez-raul-osvaldo.jpg

Le lecteur du peintre argentin Osvaldo Raul Alvarez semble avoir beaucoup de bonheur à lire sur un banc. Peut-être attend-il sa dulcinée pour qu’un photographe le prenne en photo afin de faire partie de cette jolie galerie?

Bancs et lecteurs

Filed under: Scènes livresques,Signé Armando,Vos traces — Lali @ 10:31

lecteur046b

lecteur060

img_0175.jpg

img_0147.jpg

lecteur139

img_0132.jpg

img_0122.jpg

img_0123.jpg

Ils doivent se passer le mot. Même que ça doit faire le tour de Bruxelles. Armando est dans le coin, sortez vos livres, il va nous rendre célèbres au delà de l’Atlantique!

Allez hop!

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 9:00

carter-john-michael-4.jpg

Allez hop, un dernier café et je suis en route pour Québec. Pas pour longtemps; le temps d’une réunion autour d’un repas. Mais avec l’espoir que nous serons un peu en avance, ce qui me permettra de prendre quelques photos. Ah oui, faut pas que j’oublie l’appareil. Ni mon carnet ou ma plume.

Je crois que j’ai tout. Je peux y aller. J,ai même pensé à vous programmer de la lecture.

*toile de John Michael Carter

Dis-moi qui est la plus belle…

Filed under: Signé Lilas,Vos traces — Lali @ 8:38

dsc_1493jpg-bis1.jpg

dsc_1507jpg-bis1.jpg

dsc_1501jpg-bis1.jpg

Difficile de choisir la plus belle des trois, surtout qu’elles ont mis beaucoup de temps à se faire belles pour que l’objectif de Lilas puisse capter leur splendeur…

Se serait-il laissé prendre au jeu?

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 8:00

macdonald-wright-stanton.jpg

Pouvons-nous penser que l’écrivain peint par l’artiste Stanton MacDonald-Wright s’est laissé prendre au jeu d’écrire à partir de la toile qui a été proposée dimanche? Pourquoi pas? C’est ce que nous saurons demain, alors que seront validés tous vos écrits, qu’ils soient poèmes, nouvelles, citations, extraits de chansons.

La rêveuse du samedi

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 7:12

levy-laure.jpg

Elle rêve. Un peu. Juste un peu. Comme on rêve quand doucement le ciel de plus en plus clair se découpe à la fenêtre. Comme on le fait quand là-bas, pas si loin, sur un arbre perché, le gazouillis d’un oiseau nous fait battre le cœur. Tandis que les cris d’un autre traversent les nuages.

Oui, elle rêve. Et les mots des autres la portent jusqu’aux siens dont elle ne sait rien encore.

*sur une toile de Laure Lévy

Page suivante »