Lali

16 août 2008

Les mots de Francis D. 4

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

streichman-yehezkel.jpg

On entre dans certains univers du bout des yeux, du bout des doigts, du bout du cœur. Sans savoir pourquoi. Sans savoir où on va. Mais parce qu’il en est ainsi et que ça ne peut être autrement. C’est ce qui est arrivé à la lectrice peinte par Yehezkel Streichman, ce soir, alors qu’elle est entrée dans La longue course de Francis Dannemark pour s’attarder ici. Précisément.

Toutes ces phrases dites et redites, consignées, remorquant le silence, noyant son sommeil métallique. S’y gravaient d’insaisissables souvenirs, d’improbables projets.

Ce temps où ils comptaient les dodos

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 23:45

peabody-louise-1.jpg

Elle a abandonné son livre pour mieux rêver. Rêver à ce temps où, comme des enfants, ils comptaient les dodos avant les retrouvailles. Pour rêver, aussi, qu’ils le feront encore. La lectrice de Louise Peabody sait que l’amour donne à certains un cœur d’enfant.

Le vent lui aurait semblé moins frais

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 23:21

bach-reilee.jpg

Comme elle aurait aimé ce soir ne pas marcher seule et regarder la lune bien pleine, riche de promesses et de souhaits que chacun fait en la regardant. Comme elle aurait aimé dans le doux éclat projeté par celle-ci le regarder et lui dire de vive voix les mots qui ont commencé à s’inscrire sur la feuille, décousus, et qui n’iront peut-être jamais jusqu’à lui. Comme elle aurait aimé la chaleur de son corps pressé contre le sien dans la nuit tiède. Sa bouche se collant à ses lèvres avec appétit. Le vent lui aurait semblé moins frais.

*toile de Reilee Bach

Ah ce qu’elle est belle la vie

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 17:52

livingston-spencer.jpg

Je n’habite toujours pas près de la mer et il n’y a toujours pas de jardin près de cette maison souhaitée. Mais il reste les livres, il reste cette soirée toute à moi, il reste toutes ces toiles à raconter, il reste ce bonheur d’avoir ajouté une année à celles accumulées, en souriant.

Donc, les souhaits, c’est plus long que quelques heures pour les réaliser? Et j’ai encore six heures pour en faire d’autres? Ah ce qu’elle est belle la vie.

*toile de Spencer Livingston

Quelques derniers pour la route…

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 15:30

calderaro-angela.jpg

Je souhaite aussi que l’inspiration ne me quitte pas, que le pays de Lali vive longtemps et qu’il y ait toujours des toiles pour m’inspirer, aussi lumineuses que le regard de la lectrice d’Angela Calderaro. Il fallait tout de même des souhaits réalisables, parce que j’y suis allée fort avec les trois premiers…

Un dernier souhait

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 14:41

volker-cornelius.jpg

Et puis, un dernier souhait. Beaucoup de bons livres. Comme dans la toile de Cornelius Völker.

Troisième souhait d’anniversaire

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 13:03

dewit-marchant-deborah-6.jpg

Et dans la maison au jardin et avec vue sur la mer, il vivrait avec moi, et nous serions heureux comme les lecteurs de Deborah DeWit Marchant.

Deuxième souhait d’anniversaire

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 12:39

dubois-mullaly-diane.jpg

Allez, j’abuse. Après tout, ce n’est qu’un deuxième souhait. Je voudrais que de l’autre côté de la maison où il y aurait un jardin, il y ait la mer. Pour que le matin je puisse aller assister au lever du soleil et lire en écoutant les vagues, comme la lectrice de Diane DuBois Mullaly.

On peut rêver, non?

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 12:02

dubovik-nikolai-2.jpg

Et pourquoi ne pas faire des souhaits un jour comme celui-ci? Alors, je me souhaite une maison comme celle de la lectrice de Nikolai Dubovik, qui donne sur un jardin rempli de fleurs, avec de grandes fenêtres pour que la luimière entre en profusion. On peut rêver, non?

Anecdotes de libraire 21

Filed under: Anecdotes de libraire,Couleurs et textures — Lali @ 9:19

grisworld-joan-2.jpg

Quel beau souvenir que celui de Bou cognant à la porte de la librairie pas encore ouverte, alors que je préparais mes commandes. Il y avait des croissants pour Nath encore au lit et aussi pour la libraire devenue amie. Moments de causerie, moments d’amitié jamais remplacés, qui donnaient à mes samedis le plus beau des départs. Laissez-moi sourire en pensant à ces moments. Il n’y aura que des souvenirs heureux pour ce jour de l’anniversaire de Lali. Et des souhaits…

*toile de Joan Griswold

Page suivante »