Lali

11 août 2008

Les poèmes de Rina Lasnier 9

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

passmoore-alexander-3.jpg

Le temps s’arrête parfois le temps d’un poème. Plus rien ne compte que ces quelques lignes venues d’un livre laissé là sur une table. C’est ce qui est arrivé à la lectrice d’Alexander Passmoore quand elle a ouvert le recueil de Rina Lasnier et lu ces mots :

Tes yeux de jour

Comme le soleil qui n’a rien soupesé
Comme le soleil qui a tout regardé
Sur mon regard, ton regard a régné sans peine
Comme l’eau liée par l’or le plus simple.

Tous tes regards de jour sur moi jetés
je n,en ai fait ni niege ni poussière
Mais la preuve de l’or le plus vierge
Quand éclatera la pierre d’éternité.

Je cherche la passe de tes yeux ouverts
Je cherche le gué étroit de ta lumière,
Toute la mer rouge du sang à traverser
Pour le pays de ta présence reculée.

Comme le jour allumé sur un bûcher bas
Comme le jour tué sur un autre bûcher
Nos yeux ouverts avivent des dons séparés
Lambeaux de flammes que nous ne touchons pas…

tu seras mots

johnston-kyle.jpg

tu seras mots
au bout de la plume
au bout des doigts
au bout de la langue
mon corps sera papier
où les écrire
les caresser
les goûter

je serai mots à mon tour
sur ta peau

(août 2008)

*collage de Kyle Johnston

Les livres fermés

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 19:21

ferney-paul.jpg

Aucun des livres sur les rayons ne semble tenter la lectrice de Paul Ferney ce soir. Aucun. Trop de questions s’agitent dans son esprit, toutes plus envahissantes les unes que les autres, toutes sans réponse, et qui ne trouveront pas d’écho dans les livres qui sont là. Elle le sait, puisque ces questions reviennent ponctuellement. Depuis longtemps, depuis toujours.

Elle ne comprendra jamais la grande majorité des êtres humains, c’est un fait. Il y a des années qu’elle s’y applique pourtant consciencieusement, mais sans réel succès. Tous autant qu’ils sont, ils resteront pour elle une de ces énigmes indéchiffrables qui vous poursuivent jusqu’à la fin de vos jours. Et pourtant, comme elle aurait voulu saisir le sens de l’âme humaine, comme elle aurait voulu en comprendre les chemins tortueux. Quelques bribes lui auraient même suffi.

Mais jamais elle ne comprendra. Ni le je-m’en-foutisme des uns, ni cette façon qu’ont certains de se réunir en clan fermé, ni la médisance qui anime ces derniers, ni le manque de respect des autres, ni cette façon qu’ils ont à peu près tous de se prendre pour le nombril du monde. Non, elle ne comprendra jamais.

Et les livres fermés, toutes ces questions prennent toute la place dans son esprit. Le sens du geste de l’un, celui du message – codé? – d’une autre ou de ce regard sur elle parfois, comme si elle était anormale. Ce qu’elle est peut-être, au fond. Sûrement. Oui, sûrement.

Quelques fleurs pour oublier le temps maussade

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 15:08

photo-1240.jpg

Ça ne s’arrange vraiment pas. Il y a sur Montréal une grisaille lourde. Un temps maussade. Des gouttes. De quoi donner une envie de se cacher sous la couette le temps que ça passe. Heureusement, quelques fleurs font parfois tout oublier. Même si elles ne sont pas du jour mais de samedi.

Elles sont parfois bien cachées

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 12:42

photo-1334.jpg

Elles sont parfois bien cachées. Mais mon œil me dit parfois que derrière une haie ou au pied d’un escalier, il y a quelque chose qui se cache… C’était le cas de ces jolies fleurs roses…

Un peu de lumière s’impose

Filed under: Vos traces — Lali @ 10:56

tz5-0405_010.jpg

Parce qu’il fait gris, mais vraiment gris, un peu de lumière s’impose. Et une lumière éclatante sur des fleurs non moins éclatantes, de plus, grâce aux bons soins de Denise.

Spectacle quotidien

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 8:14

photo-1381.jpg

photo-1379.jpg

Quand je quitte la maison le matin, deux itinéraires s’offrent à moi. Sortir par une porte qui mène au devant de l’immeuble et à une allée réservée aux piétons ou emprunter la porte qui mène au stationnement. Ces temps-ci, je suis plutôt tentée par la seconde. C’est que je surveille de près un arbre qui m’offre un spectacle quotidien de toute beauté!!

Un vrai tableau!

Filed under: Vos traces — Lali @ 7:39

tz5-23072008-08.jpg

Je ne sais pas comment elle a fait, mais Denise nous a peint une photo de rêve pour bien commencer la semaine. Un vrai tableau!

Un peu, juste un peu

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 6:46

rucker-harrison-1.jpg

rucker-harrison-2.jpg

J’aime ces images. J’aime la douceur qui s’en dégage. Et j’aime penser que peut-être, j’ai ressemblé un peu, juste un peu aux lectrices d’Harrison Rucker. Un jour. Il y a très longtemps…