Lali

26 juillet 2008

Le poème de Jovette Bernier

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

de-la-touche-gaston.jpg

Sait-on quand on ouvre un livre qui regroupe plusieurs auteurs pourquoi l’un de ceux-ci nous touchera plus qu’un autre? Savait-elle, la lectrice de Gaston de La Touche que les vers de Jovette Bernier la bouleverseraient?

J’abdique tout

Je ne suis plus qu’un peu de chair qui souffre et saigne.
Je ne sais plus lutter, j’attends le dernier coup,
Le coup de grâce et de pitié que le sort daigne
Assener à ceux-là qui vont mourir debout.

J’abdique tout. J’ai cru que la cause était belle
Et mon être a donné un peu plus que sa part;
La mêlée était rude et mon amour rebelle,
Ma force m’a trahie et je l’ai su trop tard.

Je suis là, sans orgueil, sans rancœur et sans arme;
Mais l’espoir têtu reste en mon être sans foi,
Même si je n’ai plus cette pudeur des larmes
Qui fait qu’on a l’instinct de se cacher en soi.

La vie âpre, insensible, a vu ma plaie béante
Et tous les soubresauts qui ont tordu mon corps;
J’ai crispé mes doigts fous aux chairs indifférentes,
Mon amour résigné a pleuré vers la mort.

Qu’elle vienne, la mort, celle des amoureuses,
La mort qui vous étreint comme des bras d’amant,
Et qu’elle emporte ailleurs cette loque fiévreuse
Qu’est mon être vaincu, magnifique et sanglant.

Dont elle rêve

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 23:44

van-hove-francine-14.jpg

Il sait qu’elle l’a attendu, qu’elle a espéré son pas, qu’elle a guetté tous les sons de la nuit. Il sait aussi qu’il a envie de réveiller la lectrice de Francine Van Hove par un baiser. Tellement envie. Mais il sait aussi qu’il aime tant la regarder qu’il ne veut pas la sortir de son sommeil. Pour la regarder encore et encore.

Et pourtant, dans le pays des rêves où elle a été emportée malgré elle, c’est exactement de cela dont elle rêve. Qu’il la réveille.

que des rimes pour tout se dire

mesisca-romeo-4.jpg

mesisca-romeo-6.jpg

prisonniers de vies dont ils ne peuvent se défaire
ils n’ont que les mots pour s’appartenir
que des rimes pour tout se dire
même l’odeur de la mer
quand la nuit tombe sur elle
et qu’ils voudraient des ailes
pour se retrouver
pour un seul baiser
pour l’éternité

(juillet 2008)

*toiles de Romeo Mesisca

C’était donc elle…

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 22:56

meessen-peter-1.jpg

C’était donc elle qui avait subtilisé le recueil de Francis Dannemark intitulé La longue course que je m’apprêtais à lire et que je ne trouvais plus dans mes piles. La lectrice de Peter Meessen m’a signifié que je retrouverais mon livre quand elle en aurait fini. Elle a ajouté, de plus, que je devrais aussi le laisser aux lectrices du soir, éventuellement. Puis elle m’a lu ceci à voix haute :

Knowledge

Tout ce que nous savons
et tout ce que nous croyons savoir.
Toutes les choses que nous avons faites
et celles que nous ferons et celles
que nous ne ferons pas.

Combien de tiroirs faudrait-il? Combien de livres,
de budgets, de bilans, de projets,
de rêves possibles et impossibles?

Mais les mêmes dix doigts suffisent pour écrire et
pour compter, pour montrer la route qui se divise
et le chemin qu’il faut emprunter.
Les mêmes dix doigts suffisent pour serrer une main,
entourer votre épaule,
caresser ton visage.

Là où rien n’est vrai

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 21:14

pang-lily.jpg

Ce n’est pas fait pour être vrai, les histoires, c’est fait pour être raconté. (Jacques Savoie)

Et c’est probablement ce que se dit la lectrice de Lily Pang, elle qui invente ce qui n’est pas écrit, elle qui donne des traits physiques aux personnages qui n’en ont pas, elle qui invente des histoires à partir de ce qu’elle voit de sa fenêtre ou en marchant dans la rue. Elle qui ne sait faire que ça, inventer des histoires, pour colorer sa vie, pour vivre toutes ces vies dans lesquelles elle se glisse. Là où rien n’est vrai, mais où, sûrement, tout l’est aussi.

Quelques fleurs dans la lumière

Filed under: Vos traces — Lali @ 17:45

tz5-23072008-09.jpg

tz5-23072008-10.jpg

Comme ça ne s’arrange décidéement pas et que le ciel est d’un gris presque d’automne, je vais ajouter quelques fleurs dans la lumière signées Denise pour que continuer à rêver. Pas d’opposition?

Plutôt que de regarder par la fenêtre

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 15:35

photo-1084.jpg

photo-1085.jpg

C’était hier après-midi. Il faisait un soleil magnifique qui n’a rien à voir avec la pluie qui tombe en ce moment. Je n’étais pas allée très loin. Juste au bureau de location, au bout de la rue. J’avais même hésité à prendre mon appareil avec moi, alors qu’elles m’attendaient, juste devant le bureau. Et je vais les contempler encore et encore plutôt que de regarder par la fenêtre.

Piles complices

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 10:14

hattam-katherine-1.jpg

hattam-katherine-2.jpg

hattam-katherine-3.jpg

Il y a dans les piles de l’artiste australienne Katherine Hattam quelque chose qui me fait sourire, qui me ramène à moi et à mes innombrables piles. Sans lesquelles je ne peux pas vivre. Piles amies, piles complices, piles invitantes.

Pour vous souhaiter un bon samedi

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 9:00

photo-1037.jpg

Juste pour vous souhaiter un bon samedi en direct de Montréal, où les fleurs se sont passé le mot pour enjoliver mon quotidien… et le vôtre.

Dans l’ambiance de la toile

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 8:21

israeli-chaim.jpg

Visiblement, la lectrice de Chaim Israeli a décidé de se mettre dans l’ambiance pour écrire à partir de la toile de la semaine. Espérons seulement qu’elle ne se laissera pas emporter par sa lecture au point d’oublier d’écrire…

Page suivante »