Lali

19 juillet 2008

Lucien Rainier et son nocturne

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

carpenter-jane.gif

La lectrice de Jane Carpenter, à la faveur de la nuit, a ouvert au hasard La poésie québécoise. Ne sachant ce qu’elle allait trouver. Ne sachant rien du poème de Lucien Rainier qu’elle a recopié pour nous.

Nocturne

Ce soir, par cette lune éteinte, à voix couverte,
le vent léger, qui rôde au milieu des roseaux,
endort, en la frôlant, l’immobilité verte
des larges nénuphars qui sont au bord des eaux;

qui sont au bord des eaux calmes de l’étang tiède,
pleins de charme attentif et d’ennui caressant;
où mon cœur douloureux s’attarde, guérissant
son ancienne amertume à cet ancien remède.

L’ombre est dans le silence. Un oiseau fuit. La nuit
sur tout mal lentement descend consolatrice;
Toi qui n’as pas sommeil dans le sommeil du bruit,
pourquoi te souvenir et gémir?… L’heure glisse.

Mais, un astre paraît dans le stagnant miroir,
lointain comme un appel, imprécis comme un rêve,
et qui naît et grandit, comme naît et s’élève,
le beau scintillement, dans l’âme, de l’Espoir!

Épuisée par la chaleur

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 22:42

tidingen-lasa.jpg

Derrière elle, le ventilateur déplacera un peu d’air tiède, créant l’illusion que l’atmosphère est moins collante, qu’il n’y a pas dans l’air cette humidité harassante. Et elle tournera un temps les pages d’un magazine. Puis, tout doucement, les yeux de la lectrice de Läsa Tidningen se fermeront. La chaleur l’aura épuisée.

Le vœu

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 21:30

pasternak-leonid-2.jpg

Elle a levé les yeux de son livre. Elle a regardé dans le ciel l’arc-en-ciel qui se déployait. Il y en avait eu plusieurs depuis le début de l’été. Et elle a fait un vœu. Autant d’arcs-en-ciel, ça devait être un signe.

Puis, la lectrice de Leonid Pasternak est retournée à son livre. Lui est revenu en tête que ce sont les étoiles filantes pour les vœux, pas les arcs-en-ciel. Et puis, son vœu était on ne peut plus irréalisable. Lui qui aimait les gens, la compagnie, lui qui n’avait jamais vécu seul, comment pourrait-il vivre avec quelqu’un qui se réfugiait dans son silence et ses écrits? C’était de l’utopie.

De l’autre côté de la rue

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 14:36

photo-967.jpg

photo-963.jpg

photo-966.jpg

Je suis juste allée à l’épicerie, je le jure! Mais juste de l’autre côté de la rue, il y avait ces fleurs… absolument irrésistibles. J’ai donc succombé à leur charme.

Il y aura des pays, des jardins, des fenêtres et des nuages

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 13:52

wolfrath-harry.jpg

J’ai fréquenté en tout pour tout trois forums. Les deux premiers ont été fermés par l’administrateur, le troisième existe encore peut-être. J’ai quitté ce dernier sans m’expliquer. De toute manière, on passe trop de temps à s’expliquer. Inutilement.

D’ailleurs, n’avais-je pas déjà un peu pris le large de ce lieu d’embrouilles (synonyme de forum) quelque temps? N’avais-je pas un peu expliqué à l’un des membres, en toute confiance, les raisons de mon absence, raisons qu’il s’est empressé de placer à la une sous prétexte de m’excuser auprès des autres?

J’aurais dû comprendre quand il a fait ça. J’aurais dû comprendre que celui que je croyais un ami n’en était pas un. On ne divulgue pas des confidences. C’est une des règles de base d’une amitié. J’ai passé outre. Il ne l’avait pas fait pour mal faire, même s’il m’avait blessée.

Quelques semaines plus tard, je lui ai confié autre chose. Encore une fois, ça a fait le tour. Et j’ai une fois de plus fait abstraction de son absence de discrétion et de son besoin effrené et maladif d’être la vedette de ce forum. Tout le monde semblait tellement l’apprécier. Il était si gentil. Et comme je suis gentille aussi, je lui ai préparé deux fois une surprise. La première pour son anniversaire. La seconde, quelques semaines plus tard.

À chacune de nos rencontres, il avait un mot gentil pour l’un ou l’autre, quelques remarques plus acerbes et mesquines pour la plupart des autres. Après tout, il avait le droit. Il avait bravé mers et ciels pour aller rencontrer les membres du forum. Et puis, il avait l’assurance que je n’allais pas répéter nulle part ce qu’il disait. Pas moi.

Nous avions dans toute cette histoire le même ami. Un ami qui est devenu plus proche de moi que de lui. Ce qui a autorisé le grand seigneur de dresser en quelques lignes un portrait de moi qui se voulait, paraît-il, humoristique. Mais qui était désobligeant et méchant. Tout pour m’écarter de son ami.

J’ai quitté le royaume de la bêtise humaine qu’était devenu ce forum. Ou qu’il avait toujours été? Et ce, sans m’expliquer.

Et je ne me suis jamais si bien portée que depuis que je n’ai plus à lire leurs inepties. Et quand il m’arrive de croiser le compagnon de celui que tout le monde croit si gentil, c’est lui qui baisse les yeux. Pas moi. Je n’ai pas honte de moi, je n’ai rien à me reprocher. Je n’ai jamais divulgué aucun de leurs secrets, je n’ai jamais dit à personne ce que le héros avait bien pu dire à leur sujet.

Et je sais maintenant, puisque je l’ai appris à mes dépends, qu’il faut quitter les lieux quand la moindre confidence n’appartient pas à une seule personne, mais à une collectivité.

Et désormais, il n’y aura plus de forum dans ma vie. Plus de gang. Ni pour moi ni pour la lectrice d’Harry Wolfrath. Il y aura des pays, des jardins, des fenêtres, des nuages où je passe. Et où je n’ai jamais à expliquer mes absences. Qui ne regardent que moi.

Pour un samedi immaculé 2

Filed under: Signé Armando,Vos traces — Lali @ 9:17

20070715_0148.jpg

_nen_12.jpg

lali_fleur01.jpg

Le blanc est de mise aujourd’hui. Et toujours pas de souci dans ce bouquet blanc préparé par Armando. Je vous l’avais bien dit que ce serait une belle journée!

Pour un samedi immaculé 1

Filed under: Vos traces — Lali @ 8:29

tz5-05072008-14.jpg

tz5-05072008-17.jpg

tz5-05072008-19.jpg

Denise nous a concocté un joli bouquet blanc matinal. Pour mon plaisir, pour le vôtre. Pour un samedi immaculé. Il n’y a pas de soucis dans le bouquet.