Lali

1 juillet 2008

Les vers de Sophia 23

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

vaszary-janos.jpg

Et dans les mots de Sophia de Mello Breyner, la lectrice de Janos Vaszary s’est perdue. S’est trouvée. S’est reconnue.

ATTENTE

Je me couche tard
J’attends une forme de silence
Qui n’arrive jamais tôt
J’attends l’intensité la concentration de l’heure tardive
Ardente et nue
C’est alors que les miroirs resplendissent de leur deuxième éclat
C’est alors qu’on voit le dessin du vide
C’est alors qu’on voit soudain
Notre propre main posée sur la table

C’est alors qu’on voit le passage du silence

Navigation très ancienne et solennelle

Elle peut rester là longtemps

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 22:11

westwater-robert-heriot.jpg

Elle peut rester longtemps sans bouger, sans même prononcer un mot. Mais il sait qu’elle est là. Tout près. À respirer le même air que lui. À attendre qu’il lui fasse lire quelques lignes ou quelques pages, qu’il lui demande son avis. Et il peut rester là longtemps à gratter le papier, à ouvrir un dictionnaire, à chercher cette phrase qui n’arrive pas à se former.

Ce n’est que quand elle quitte la pièce que l’écrivain de Robert Heriot Westwater qu’il est perdu.

Morceau de paradis

photo-650.jpg

photo-646.jpg

photo-659.jpg

photo-668.jpg

photo-645.jpg

photo-649.jpg

Nous sommes arrivés les premiers. J’ai donc pu photographier à mon aise la terrasse du Pèlerin-Magellan que j’aime tant. Les images parlent d’elles-mêmes, non? Mais si vous ajoutez au décor une assiette avec une bavette bordelaise, des frites (des bonnes, le patron est belge) et une salade, vous toucherez presque au paradis. Et si de plus, vous vous laissez tenter par la crème brûlée au bleuet, vous êtes encore plus près. Et si vous aimez les voyages et que vous découvrez avec ravissement que tout le décor est axé autour du monde des découvreurs et que vous trouverez là instruments anciens de navigation comme cartes géographiques d’une autre époque, là c’est certain, vous êtes au paradis. Plus aucun doute. Au fait, le paradis est au 330, rue Ontario est, Montréal.

Une immobilité rassurante

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 18:45

dogan-atanur-2.jpg

Il est si absorbé qu’il n’entend rien, qu’il ne voit rien, que les heures passent sans qu’il ne s’en aperçoive. Et c’est comme ça jour après jour. Tous ceux qui passent là connaissent le lecteur d’Atanur Dogan, mais ils n’ont jamais vu son visage. Ils ne savent de lui que sa pose, que sa tête, que l’endroit où il lit. Et pourtant, ils ont cette impression qu’il fait partie de leur vie. Parce qu’il est là. Parce qu’il ne semble pas bouger. Parce que cette immobilité a quelque chose de rassurant.

Au pays de Lali le premier samedi de chaque mois

Filed under: Couleurs et textures,Vraiment pas sérieux — Lali @ 15:33

cahoon-charles-drew.jpg

Le lecteur de Charles Drew Cahoon m’a convaincue. Le premier samedi de chaque mois sera consacré aux bonnes nouvelles inventées que vous pourrez continuer à loisir, commenter, déformer. Comme il vous plaira. Les lecteurs de journaux viendront donc tour à tour vous faire part des nouvelles qu’ils trouveront dans leur feuille de chou préférée. À vous de jouer, pour le reste! Je vous fais confiance!

Je vais laisser là le livre

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 8:05

gagnon-sirois-pierrette.jpg

Je vais laisser là le livre. Et puis la tasse. Et même les lunettes et les fleurs. Je sais que vous prendrez bien soin de la toile de Pierrette Gagnon Sirois pendant que je serai partie me promener. Et peut-être même tournerez-vous les pages pour savoir ce que je suis en train de lire?

Délicieuse Stacey Kent

Filed under: Trois petites notes de musique — Lali @ 6:55

sk1.jpg

Elle portait une petite robe simple. Une petite robe qui la faisait danser de la même manière que je danse dans mon salon. Et elle dansait. Et ses pieds battaient la mesure. Et son français impeccable nous racontait son bonheur d’être à Montréal, son bonheur de chanter, son bonheur d’aimer, son bonheur d’être entourée de grands musiciens. Et les chansons s’enchaînaient. Des classiques du jazz, celles créées pour elle, du Gainsbourg, du Michel Legrand. Elle était ravie, nous étions ravis.

sk2.jpg

Je ne vous dirai pas qui est Stacey Kent. Tout cela a été fait et très bien fait ici. Je vous dirai seulement que ces presque deux heures en compagnie de Stacey Kent ont été un bonheur. Et qu’il est aussi bonheur de voir une femme amoureuse regarder celui qu’elle aime comme elle regarde Jim Tomlinson. Ça ne s’explique pas ce regard, mais je sais que vous comprendrez. Et que vous comprendrez aussi que je suis encore sous le charme de la délicieuse Stacey Kent.

Plus je t’embrasse et What a wonderful world interprétés avec autant de fougue et de tendresse resteront à jamais gravés dans ma mémoire.

Mais pour tout de suite, je rêve

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 6:19

schulte-philippe-4.jpg

Le livre est fermé et je suis assise là, à rêver, comme dans la toile de Philippe Schulte. À regarder dehors, à me dire que c’est férié, à penser que je vais aller manger à midi dans un de mes endroits préférés. J’attends le café. Un oiseau fait la cour à un autre, son chant est entré dans le bureau.

J’ouvrirai le livre tout à l’heure. Il me racontera des pays et des personnages. Mais pour tout de suite, je rêve. Chut!