Lali

16 juin 2008

Les vers de Sophia 18

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

lecher-ginger-2.jpg

La lectrice de Ginger Lecher a toujours aimé les mots. Ceux des poètes, particulièrement. Pour les images, pour la musique de leurs mots. Sophia de Mello Breyner a dépassé ses espérances.

La solitude

La nuit ouvre ses angles de lune
Et je te cherche sur tous les murs

La nuit dresse ses coins de rues bleus
Et je te cherche à tous les coins de rue

La nuit ouvre ses places solitaires
Et je te cherche en toutes les solitudes

Le long du fleuve la nuit allume ses lumières
Rouges vertes et bleues

Je te cherche.

Elle a vraiment écrit tout ça?

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 20:53

arjona-rafael-3.jpg

Et tous ces mots qu’on retrouve, ces mots d’un autre temps, ces mots de l’adolescence ou bien d’après, ces mots qu’on rangeait dans des cahiers pour plus tard, pour le jour où on voudrait se souvenir. Ces mots qui ne lui appartiennent plus ou si peu, qui sont les siens, mais dont elle ne se rappelait pas, ces épisodes dont elle n’a conservé aucune trace dans le fil de sa mémoire et qui sont pourtant là, preuves d’existence, un jour, il ya longtemps. Des mots. Juste des mots. Des mots que la lectrice de Rafael Arjona lit, relit, perplexe. Elle a vraiment écrit tout ça?

Coquelicot par ci, coquelicot par là

Filed under: Signé Armando,Vos traces — Lali @ 7:59

img_0278_fleurs_lali.jpg

On dirait bien que la semaine va commencer par un coquelicot. Coquelicot par ci, coquelicot par là. Je vous avais bien dit que les plus beaux coquelicots seraient au pays de Lali grâce à mes collaborateurs hors pair. Celui du jour est signé Armando.

Au détour d’une phrase

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 7:34

kaoud-riaoud.jpg

Il a parfois l’impression qu’elle ne bouge pas, qu’elle a arrêté de respirer au détour d’une phrase. Et il s’approche de la lectrice de Riaoud Kaoud. Si, si, elle est toujours vivante. Elle vient de tourner une page. Mais chaque fois, il a le sentiment étrange qu’un jour une phrase la fera chavirer dans l’au-delà tant elle fait corps et âme avec les livres.

La lectrice du 18

Filed under: Mon Montréal,Scènes livresques,Signé Lali — Lali @ 6:00

photo-501.jpg

C’était samedi matin, dans le 18 Beaubien. J’allais rejoindre Denis. Je me disais qu’il faisait beau et que nous allions passer une belle journée. Ce qui a été le cas, d’ailleurs. Je disais donc que j’étais dans le 18 vers le métro Honoré-Beaugrand. Peinarde. Tranquille. Jusqu’à ce que je sois frappée par l’effet Armando. Je venais de voir une lectrice.