Lali

26 avril 2008

Le recueil 8

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

glw

La lectrice peinte par Gladys Lee Wiles ne savait pas il y a une semaine en se promenant au hasard des rayons ce qu’elle cherchait et encore moins si elle cherchait quelque chose, si son regard allait être capté par des mots. Non, elle ne savait rien de tout cela. Rien de mots de Rosa Blanche Branco et de son recueil si tendre Épeler le jour sur lequel elle s’est arrêtée une fois de plus en le laissant ouvert pour nous.

Maintenant qu’il n’y a plus ni près ni loin,
ni rien qui fasse mal, que tout se touche
au cœur de l’avenir, je laisse un nénuphar à la porte
pour qui viendra avec la nuit sur les épaules. Et la
lumière advient,
avec les pétales ouverts de ton nom.

Over and over

Filed under: Trois petites notes de musique — Lali @ 23:19

erin-bode.jpg

Je sais qu’on ne devrait pas choisir un CD juste parce que la tête de la chanteuse est sympa. Pas plus qu’on ne choisit un livre pour sa couverture. Mais Erin Bode a vraiment une tête qui me revient. Et son album Over and Over dont vous pouvez écouter le titre éponyme

est une merveille. Vous pouvez me croire si vous voulez. Je ne vous force pas la main, ce n’est pas du tout mon genre. Mais moi, je suis ravie. Et même rrrrrrravie. Avec plein de rrrr qui me font ronronner. Et je crois que je vais écouter ce CD over and over.

Nous avons des chaussures à user

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 22:11

briks-miriam-4.jpg

Je la regardais lire au salon le guide sur Montréal que je lui avais prêté. Il y avait chez Juliette quelque chose de la lectrice peintre par Miriam Briks. Du bonheur. La jeunesse. La soif de découvrir et d’apprendre. La curiosité et le ravissement. Un peu tout ça. Et juste à la regarder plongée dans le guide, j’ai su que la petite Champenoise envoyée par mon ami Olivier allait me plaire, que nous allions bien nous entendre.

Il y a comme ça des choses qui ne s’expliquent pas, qu’on sait d’instinct. Les heures suivantes dans Montréal allaient nous le prouver. Son sourire aussi. Nous n’avons 25 ans d’écart que sur papier. Et demain, à nous Montréal. Nous avons des chaussures à user.

Enlevez à un papillon ses ailes…

Filed under: États d'âme — Lali @ 13:25

image481.gif

Enlevez à un papillon ses ailes et il redeviendra chenille. C’est ce qui arrive à ceux et celles qui vivent des mésaventures avec leur blog. Je pense à deux amies qui ont vu leur « bébé » disparaître du jour au lendemain après deux années de travail. Sans aucune explication ou sinon, à tout le moins vaseuse. Je pense à cette fois où le pays de Lali a été piraté, probablement par défi ou par pari et qui, par chance, a pu retrouver ses ailes. Je pense à ces semaines, comme celle qui se termine, où les spams se multiplient plus vite que les lapins et qui pourraient faire qu’on ne puisse déceler au milieu de la masse de parasites, un joli et gentil commentaire, dans l’urgence de détruire la vermine et d’ajouter de nouveaux mots dans ceux bannis et proscrits.

Et je pense encore plus à celui qui ne peut accéder à son blog. Qui attend des heures et des heures. Sans savoir. Qui espère et puis rien. Qui désespère et qui se ronge les sangs. Il y a des attentes insupportables. Et qui minent d’une telle façon qu’on sent ses ailes fondre comme celles d’Icare. Comme si cette possibilité de pouvoir s’exprimer avait tout du voyage vers le soleil.

Je pense à celui, à ceux, en standby. Inquiets. Désoeuvrés. En manque. Qui voudraient bien un signe, une raison, un délai. Pas juste une histoire de réseaux que seuls certains initiés sont à même de comprendre.

Je pense à quelqu’un qui se reconnaîtra. Que certains connaissent. Je sais que là-bas, devant ce message qui dit que SA page ne peut être affichée, il tourne en rond comme un lion en cage. Vivement qu’on lui redonne ses ailes.

Une forme de saudade omniprésente

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 13:12

chaboun-nancy-1.jpg

Et probablement qu’il y aura toujours en elle, en moi, ce besoin de trouver refuge dans les les livres parce que quelque chose manque inéluctablement à sa vie, à la mienne. Et peut-être que certains jours les livres parviendront à combler ce manque. Peut-être aussi que d’autres, pas du tout. Et que ni pour la lectrice de Nancy Chaboun, ni pour moi, il n’y a d’explication. Il y aura toujours en nous une certaine mélancolie, parfois nostalgique, une forme de saudade parfois triste, parfois pas. Mais sûrement, omniprésente.

Presque une obsession

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 9:12

knight smith

Je sais, je sais, je me répète, mais l’hiver a été si long qu’il ne peut en être autrement. J’ai hâte à ces journées où je pourrai m’asseoir dehors en compagnie des fleurs, comme le fait la lectrice de Susan Knight Smith. Hâte, tellement hâte!

Oserais-je avouer que c’en est presque une obsession?

Arbres en fleurs

Filed under: Vos traces — Lali @ 6:55

tz5-2004_02.jpg

tz5-2004_09.jpg

tz5-2004_23.jpg

Et si quelques arbres déjà en fleurs photographiés dans la campagne vaudoise par Denise donnaient un coup de pouce à ceux d’ici juste en s’étalant au pays de Lali? Je sais, je sais, j’ai beaucoup d’imagination…