Lali

8 April 2008

Il aime trop la regarder pour faire ça

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 19:55

luongo 2

luongo 3

Un jour, il y a longtemps, quand elle ne savait pas encore qu’ils s’aimeraient, ou qu’elle ne voulait pas croire qu’on pouvait l’aimer, elle, la lectrice d’Aldo Luongo avait jeté au détour d’une phrase qu’elle ne pourrait aimer qu’un homme qui ne voudrait jamais la retirer de ses livres. Que pour le reste elle n’avait aucune idée préconçue, aucun type d’homme. Il avait souri.

Et il s’était demandé comment quelqu’un pourrait penser à vouloir la changer en lui retirant cette paix qui l’accompagne quand elle lit… Pas lui. Il aime trop la regarder pour faire ça.

Un jour, l’Auvergne

Filed under: Ailleurs,Signé Lilas,Vos traces — Lali @ 7:29

010

Un jour, j’irai à Vic-le-Comte.

049

Et aussi à Issoire.

51
53
54
76

Et aussi à Usson.

Et ces jours seront magnifiques. Je ne regarderai plus les photos de Géraldine en rêvant. Je serai dans les photos.

Faudra-t-il attendre mai?

Filed under: Vos traces — Lali @ 7:19

2903b

2903a

Chaque matin, je me dis que ce sera aujourd’hui. Et chaque matin, je suis déçue. Pas de bourgeons encore. Pas de bourgeons ni rien qui s’ouvre et s’étale comme sur les photos de Denise. Faudra-t-il attendre attendre mai pour que la nature sorte enfin de sa torpeur et de son engourdissement même si la neige a commencé à fondre?

Le livre du temps

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 6:00

hawkes

Elle tient serrée contre un livre des heures. Mais ne serait-ce pas le livre du temps que la lectrice de Pam Hawkes tient ainsi?

D’abord un point sorti de rien
Un vide infiniment clos
Un premier signe,
Puis une ligne
De terre mélangée à l’eau

L’histoire commence
Sort du silence
Le rêve a inventé les mots
Mots de lumière
Mots de matières
Des mots en forme d’animaux

Tout contient, entre les mains
Le commencement et la fin
Le passé, le futur
Dépendent du sens de la lecture

C’est écrit dans le livre
Le livre du temps,
On ne pourra jamais tout lire
Et pourtant
Nous sommes des acteurs
De ce grand roman
Dont on ne connaît pas l’auteur
Le livre du temps

A chaque page
Des personnages
Ecrits d’amour et de sang
Passent et s’effacent
Et se remplacent
Du premier rôle aux figurants

Personne ne peut changer sa phrase
Sauter une ligne, un paragraphe
Le passé, le futur
On garde les fautes et les ratures

C’est écrit dans le livre
Le livre du temps
On ne pourra jamais tout lire
Et pourtant
Nous sommes les acteurs
De ce grand roman
Dont on ne connaît pas l’auteur
Le livre du temps

(paroles de Richard Seff interprétées par Michel Sardou)