Lali

6 avril 2008

Extraits quotidiens 10

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 23:58

daum

Comment avait-il su? Comment avait-il pu deviner ou sentir qu’elle avait lu ce qu’elle tenait à lui lire? Comment avait-il fait pour savoir que ce matin, précisément, elle allait se lever inquiète? Qu’allait faire la lectrice de Michael Daum juste avant minuit? Avouer que le rituel auquel elle était attachée était terminé?

Elle n’aurait pas à le dire. Sur le lit avaient été déposés une dizaine de livres et un mot : Pour que tous les soirs tu me fasses la lecture. Tous les soirs de ma vie.

Le charme des saisons

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 16:46

nb2

nb1

Les saisons auraient-elles moins de charme si elles duraient longtemps? En perdent-elles quand elles en viennent à s’éterniser comme cet hiver qui n’en finit pas, même si tout doucement les bancs de neige s’amenuisent un peu?

Serais-je heureuse d’être à l’année une des lectrices peintes par Nancy Boren? Me manquerait-il quelque chose?

C’est une question à laquelle je ne peux répondre. Mais il m’arrive de rêver à un pays sans neige et à mes orteils nus au moins huit sur douze.

La phrase modifiée

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 14:13

potrue

« Une peinture n’existe que s’il y a des yeux pour l’embrasser » a écrit Normand Reid. À première vue, j’avais trouvé que cette phrase faisait sens. Et je me suis mis à la défaire, à en bouger les mots, tandis que je regardais la liseuse peinte par Wayne Potrue. À changer un verbe. Puis, j’ai retiré un S à embrasser. Pour les nuances. Pour donner ma touche à la phrase de départ.

Une peinture existe. En tout temps. Même sans regard sur elle. En attente. Achevée, mais incomplète.

Une peinture vit dès qu’il y a un regard sur elle pour l’embraser.

Merci pour nos dimanches

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 11:34

bolan 6

Comme j’aime ces dimanches où la toile de la semaine accrochée, je relis avec délice ce que la toile précédente a inspiré d’histoires. Je ne pourrai jamais vous remercier assez de partager avec nous ces instants, ces anecdotes, ces vers qui sont le bonheur de nos dimanches. Sans vous, je le dis et le redis, En vos mots n’existerait pas. Et je ne regarderais avec le bonheur de la lectrice de Chen Bolan.

Merci d’être là.

En vos mots 52

Filed under: Couleurs et textures,En vos mots — Lali @ 8:00

curanaj

La lectrice de Tony Curanaj semble bien rêveuse. Qu’a-t-on pu lui écrire qui la laisse aussi songeuse? Une déclaration d’amour? À vous de décider, puisque la toile est à vous pour une semaine, comme chaque dimanche. Pour que vous nous la racontiez en vos mots.

Mais peut-être qu’au lieu de décrire la scène aurez-vous la tentation de vous glisser dans la peau du correspondant ou de la correspondante de notre lectrice en écrivant pour nous la lettre qu’elle tient à la main? Pourquoi pas?

Nous aurons la surpise dimanche prochain à l’heure où seront validés les commentaires. Comme le veut ce rituel dominical auquel certains ont pris goût tandis que d’autres s’y plient de temps en temps. Pour que l’art ne soit pas figé, mais vivant. Et source d’inspiration.

Quelques pensées

Filed under: Signé Lilas,Vos traces — Lali @ 7:45

pensees

Quelques pensées de la part de Géraldine pour dire qu’elle pense aux lecteurs et lectrices du pays de Lali…

Pour un peu de jaune et beaucoup d’espoir

Filed under: Vos traces — Lali @ 7:30

jonquilles

À la demande de Reine, et avec la complicité de Denise, quelques jonquilles pour un peu de jaune et beaucoup d’espoir en ce dernier jour des Jours de la jonquille.

Incapable de déposer son livre

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 1:34

kersting 2

Une fois de plus, il a été incapable de déposer son livre. Comme si le fait de savoir que le lendemain il pourra dormir avait effacé toute trace de fatigue. Et le lecteur de Georg Friedrich Kersting est entré dans une nuit qui durera jusqu’aux lueurs du jour. On n’abandonne pas Voltaire ou Rousseau facilement.