Lali

1 avril 2008

Extraits quotidiens 5

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:58

josip_c

Il s’est assis dans le fauteuil bien avant l’heure. Ce petit rituel de lecture qui s’est installé depuis qu’elle a commencé il y a quatre jours semble lui plaire autant que sa nuque. Si bien que la lectrice de Josip Crnobori a repris le numéro d’Estuaire, impatiente de lui livrer un autre texte qu’elle aime.

Juillet 2001

Les rues ne me quittaient pas, cinq jours et cinq nuits d’une attente errante et crue. Puis ton sourire est réapparu à la terrasse du Verschueren. Soudainement aujourd’hui est là depuis toujours.

Toi, chez toi, debout à la fenêtre, la beauté du vertige est un léger froissement. Je t’ai soulevée, ton corps plus léger que ta robe.

Un corps ne vit que s’il glisse entre les doigts, plus il nous appartient, plus il doit s’apprivoiser. Et les doigts reviennent, ils exorcisent les cavernes du cœur.

Sables et neiges sont ton nom. Entre deux vagues, je te retrouve entière. Et déjà ailleurs. La sueur est une couleur de la terre.

Tant de cris blottis dans les replis, ils boivent aux moindres fossés. Mes mains naissent et tes seins les apaisent. Serait-ce un corps d’oiseau?

Nous ratissons les herbes hautes, entre pierres et coquillages, fourrures et écailles, nous trouvons l’âge des premiers jeux.

Une odeur éclipse tous les chemins. Elle avale les distances, cette vitesse du souffle réduit la lumière en poussières. Bleues. Nos icônes suintent de bonheur.

L’immobilité est sans lendemain. Des déserts remuent sur la peau, j’entends tous les petits pas du sommeil. Nos corps se plaisent loin de nos mots.

L’aube nous abrite mais de quoi? Le ciel a une saveur au-dessus des toits de Bruxelles. Notre nudité ne tient qu’à un fil. Nous recommencerons.

(Joël Pourbaix)

Anecdotes de libraire 2

Filed under: Anecdotes de libraire,Couleurs et textures — Lali @ 6:25

neill 4

Du jour où vous devenez libraire, vous admettez que le 1er avril est une date qui revient ponctuellement. Si, si. Parce que les questions les plus étranges font légion. C’est comme ça. Et je n’exagère pas. Ou alors tous les rigolos des environs s’étaient rendez-vous pour me triturer les méninges. En faisant bien attention à noyer le poisson.

« Vous ne pouvez pas me photocopier cette recette de filet de sole? C’est la seule qui m’intéresse dans ce livre. » Et bien sûr, tout ça est prononcé par quelqu’un qui fait des yeux de merlan frit… « Je ne veux pas acheter de livre. Je veux seulement en trouver qui me dise qui a composé La truite. » Et il me la fredonne!! « Vous n’auriez pas dans votre section humour des histoires de pêche? C’est pour offir à mon beau-père, parce qu’il raconte toujours les mêmes. » Et l’humoriste de service qui s’empresse de m’en raconter trois, quatre, pour que je trouve un livre où elles ne sont pas…

« Vous n’avez pas un livre sur Marseille? » Bon, enfin une question banale et simple. « C’est que je veux savoir la véritable histoire de la sardine qui a bouché le port… »

Décidément! Il y a des journées où tout commence et tout finit en queue de poisson. Et où on a envie de ranger les rayons sans rien demander à quiconque. La lectrice de L. C. Neill trouvera bien toute seule un livre sur les aquariums : elle a l’air de nager comme un poisson dans l’eau.

Et dire que ce jour-là, je m’étais fait un sandwich au thon en guise de lunch…

Là où les eaux se mélangent

Filed under: Vos traces — Lali @ 6:20

arve rhone 1

arve rhone 2

arve rhone 3

Là où l’eau est plus grise, il s’agit de celle de l’Arve. Juste au moment où ses eaux entrent dans celles du Rhône. L’endroit, aux confins de Genève, s’appellent la Jonction. Un jour, je le sais, Denise m’emmènera là. Exactement là. Les photos qu’elle a prises, c’est juste pour me (nous) tenter!

Le temps d’un sourire

Filed under: Signé Lilas,Vos traces — Lali @ 6:10

542

Le temps d’un regard, le temps d’une photo prise par Géraldine.Le temps d’un sourire pour nous. Il y a ici signe de printemps.

Nuages bleus

Filed under: Signé Armando,Vos traces — Lali @ 6:02

bruxelles 25 mars

Il n’y a sûrement plus une trace de la neige qui est tombée sur le Bruxelles d’Armando il y a exactement une semaine. Mais heureusement, il y a toujours du bleu dans mes nuages.

Serait-ce vrai?

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 5:25

arjona 1

Serait-ce vrai? Elle pourrait enfin retirer son bonnet? Ne plus porter de gants? Vrai de vrai? La lectrice de Rafael Arjona est dubitative. Tous les jours de l’année sont des poissons d’avril pour les politiciens et les météorologues.