Lali

21 mars 2008

Certaines années sont parfaites

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 8:17

boll 2

Le printemps est arrivé chez la lectrice de Pamela T. Boll. Aucun doute. Elle a même habillé sa maison de fleurs pour bien marquer sa présence tandis que ravie, elle lit. En se disant que certaines années sont décidément parfaites. Un vendredi de congé pour souligner le printemps!

C’est le printemps!

Filed under: Vos traces — Lali @ 8:02

150303

150302

J’ai attendu qu’il fasse vraiment clair. Mais le printemps n’est pas là… Enfin, disons que s’il est ailleurs que dans mon esprit, il ne laisse pas trop de signes visuels pour me confirmer sa présence. Si bien que les photos que Denise a prises au marché samedi dernier vont redonner au 21 mars tout son sens. C’est le printemps!

Sans regarder dehors

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 5:36

miriam 1

Ils ont regardé dehors. Pas de doute, le printemps s’était égaré en chemin et n’avait pas trouvé leur maison à temps. Si bien que les lecteurs de Miriam Martincic se sont collés l’un contre l’autre, dans un printemps qui n’appartient qu’à eux, pour lire quelques pages… sans regarder dehors.

Ailleurs qu’ici

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 5:17

chiappa

Ailleurs qu’ici, où il ne fait pas doux comme il le faisait hier, où le plafond craque, en signe de rébellion devant cet hiver qui n’en finit pas, oui, ailleurs qu’ici, la lectrice peinte par Nando Chiappa a trouvé, elle, un décor de printemps pour lire avec délice les vers de Victor Hugo :

Printemps

Voici donc les longs jours, lumière, amour, délire!
Voici le printemps ! mars, avril au doux sourire,
Mai fleuri, juin brûlant, tous les beaux mois amis!
Les peupliers, au bord des fleuves endormis,
Se courbent mollement comme de grandes palmes;
L’oiseau palpite au fond des bois tièdes et calmes;
Il semble que tout rit, et que les arbres verts
Sont joyeux d’être ensemble et se disent des vers.
Le jour naît couronné d’une aube fraîche et tendre;
Le soir est plein d’amour ; la nuit, on croit entendre,
A travers l’ombre immense et sous le ciel béni,
Quelque chose d’heureux chanter dans l’infini.