Lali

20 mars 2008

Souvenir de 1981

Filed under: Trois petites notes de musique — Lali @ 23:24

bette davis eyes

On entre dans une boutique, le cœur innocent et la tête ailleurs. Les dernières notes d’une chanson se font entendre. Et toute la journée, on fredonne Bette Davis Eyes.

Et on se souvient. Et on a 20 ans à nouveau. Et les images défilent. La « café rouge » du Pavillon Lionel-Groulx de l’Université de Montréal, où on regardait des vidéos, dont celui de Kim Carnes interprétant un des grands hits de 1981. La petite bande de l’époque. Et on sourit.

Et dès qu’on rentre, on s’empresse de retrouver la chanson. L’envie est trop grande de se déhancher en écoutant Bette Davis Eyes. Et de bouger sa chevelure à la manière de Miss Carnes, il va sans dire. Et on sourit encore.

Les brioches du bonheur

Filed under: Le plaisir des papilles,Signé Lali — Lali @ 21:37

brioches vendredi saint

Les brioches du Vendredi saint ne sont pas restées longtemps dans l’assiette. Le temps d’une photo, le temps de tricher (nous sommes Jeudi saint seulement) et je les ai dévorées avec un bonheur qui me fait me lécher les doigts…

Instant magique

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 20:31

garetta

Les fleurs sont arrivées accompagnées d’un billet. Et parce que la lectrice de Raimundo de Madrazo y Garreta sait très bien quel est l’expéditeur de l’envoi, la voilà à rêver, à examiner l’écriture, à rêver. Elle sait que les mots seront doux. Elle sait que son cœur battra la chamade à mesure que ceux-ci se dévoileront. Et cet instant est magique.

Maintenant que tout est rangé

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 19:56

whistler 4

J’aime, quand j’en ai la chance, faire des courses pour longtemps. Comme ça, plus besoin d’y penser. Il y a donc du poisson, des épinards, des poires, des tranches d’ananas séché, des brioches, du lait, du café, des moules, des pommes de terre douces, de la soupe, des pâtes. Tout ce qu’il faut pour survivre.

Je peux ainsi, maintenant que tout est rangé, profiter de la vie, m’installer avec mes bouquins et une tasse de café, comme le fait la lectrice de James Abbott McNeill Whistler. Ou écrire. Ou écouter de la musique. Pieds nus, de préférence. Et me dire que j’ai de quoi nourrir autre chose que mon esprit…