Lali

12 mars 2008

Ce que mots vous inspirent 20

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

carrington

La vie n’est pas ce que nous vivons, elle est ce que nous imaginons vivre.
[ Pascal Mercier ]

Est-ce cette phrase qui laisse songeur le lecteur de Dora Carrington pour que ses yeux ne bougent plus, pour qu’ils restent fixés sur les mots, pour que son esprit se fasse vagabond? Peut-être bien.

Il a choisi de laisser celle-ci entre vos mains pour que vous puissiez nous dire une fois de plus ce que mots vous inspirent. Ce que ceux-ci suscitent en vous. Quelles images jaillissent à les lire.

Et comme d’habitude, vous avez une semaine pour écrire. Comme ça a été le cas pour la citation de Virginia Woolf.

La phrase vous parlera-t-elle? Nous le saurons mercredi prochain!

Un hiver à lire

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 7:19

garstin 2

Il neige encore. Jamais de sa longue vie, la lectrice de Norman Garstin n’a connu un hiver avec tant de neige. Et ce n’est pourtant pas son premier. Mais jamais la ville ne lui a semblé aussi encombrée, jamais les trottoirs ont été aussi peu invitants parce que pas déneigés ou alors si sommairement qu’il faut marcher à même la rue, au péril de sa vie. Si bien que cet hiver sera marquant : ce sera aussi celui où elle aura le plus lu de toute sa vie.

Pour toucher les étoiles

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 6:35

gb1

Comme certains se compliquent la vie, pense le lecteur peint par l’artiste islandais Guðmundur Björgvinsson quand il lit la une qui annonce que le bras canadien Dextre a touché les étoiles. Il y a tellement plus simple pour toucher les étoiles. Plus simple, tellement plus simple. Il suffit juste d’embrasser une femme en sachant que vos cœurs battent à l’unisson. Simple, non? Tellement simple que les grands voyageurs de l’espace l’ont oublié.

L’hiver reste désormais dehors

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 6:02

backer 2

Il fait froid. Mais la lectrice peinte par la Norvégienne Harriet Backer n’a pas froid. Elle n’a jamais froid quand il y a tous ces livres pour la réchauffer. Elle n’a jamais froid quand elle sait qu’il viendra l’entourer de ses bras par derrière en apportant le café. Non, elle n’a jamais plus froid depuis qu’il est là. L’hiver reste désormais dehors, il n’est plus dans son cœur.