Lali

2 mars 2008

Sans les lire

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 22:09

ian_d1

Combien de fois nous arrive-t-il de continuer à lire parce qu’on veut absolument connaître le dénouement alors que visiblement notre corps ne suit plus? Plus souvent qu’on ne se l’avoue, je crois. Plus souvent que ne se l’avoue la lectrice d’Ian Darragh. C’est quand elle reprendra son livre demain qu’elle se rendra compte qu’elle a parcouru au moins une dizaine de pages sans s’en rendre compte et qu’il lui faudra retourner là, exactement là, à ce moment où elle aurait dû aller se coucher plutôt que de continuer à voir les mots sans les lire.

Elle finira bien par finir son chapitre

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 21:45

bastanjoo

Elle a l’air si plongée dans son roman qu’ils n’osent pas l’aborder de peur de la troubler. De plus, elle a l’air si heureuse dans son monde et ils ne l’ont pas vue ainsi depuis tellement longtemps que les amis de la lectrice de Bastanjoo la regardent sans rien dire. Et même, se regardent l’un l’autre et se taisent. Leur amie semble si paisible. Tellement dans sa bulle. Ils n’ont vraiment pas envie de la déranger. Elle finira bien par finir son chapitre. Et sûrement qu’à ce moment-là elle lèvera les yeux et qu’elle regardera l’heure et les cherchera des yeux. Ils seront là, sur un autre banc. À la regarder. À sourire de la voir si heureuse.

La lectrice qui est un livre ouvert

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 21:27

jo2

La lectrice de Jacob Ochtervelt ne semble pas tout à fait convaincue que le choix de son amoureux soit très judicieux à voir la tête qu’elle fait. À moins qu’elle n’ait déjà lu ce livre et qu’elle ne sache pas trop comment le lui dire? Mais il y a visiblement un malaise, car elle est de celles qui ne savent pas cacher leurs émotions.

Vaut-il mieux les cacher? Vaut-il mieux se taire pour ne pas blesser? Elle a bien essayé déjà, mais elle est tellement un livre ouvert que quand elle tente de se rattraper, il est bien évident pour qui la connaît qu’elle a, justement, tenté d’effacer la déception apparue sur son visage à peine quelques secondes, mais que ça ne marche pas.

Curieusement, ça me rappelle quelqu’un. Une qui, un jour de Noël, a redonné le joli chemisier à qui le lui avait offert. Il ne lui allait vraiment pas et plutôt que de faire semblant, elle a carrément dit à sa sœur que le gris du vêtement irait beaucoup mieux à une blonde qu’à une fille aux cheveux foncés parsemés de gris. Bien entendu que la fille de l’histoire, c’était Lali. Je suis incapable de dissimuler mes sentiments… Et la scène que je vois ici ne risque pas de se produire. Un seul homme m’a offert des livres. Et je les ai aimés.

Röstis d’un dimanche ensoleillé

photo 347

Je vous avais mentionné il y a un peu plus d’un an que La Grand-Mère Poule est une de mes lieux de prédilection. Mais je ne vous avais pas encore parlé de ses röstis, cette galette à base de pommes de terre originaire de la Suisse alémanique. C’est la spécialité de la maison. Qu’ils soient préparés à la norvégienne avec du saumon fumé, à la normande avec du jambon, à la madrilène avec du chorizo grillé ou à la genevoise avec du bacon, des épinards et du fromage suisse (mon choix du jour), les röstis de La Grand-Mère Poule sont un régal pour l’œil et le palais. Je salive encore, rien qu’en regardant la photo. Quelle gourmande je fais!

En vos mots 47

Filed under: Couleurs et textures,En vos mots — Lali @ 8:00

prouvé

C’est chaque fois un bonheur de lire ce que vous avez écrit pour En vos mots. Je ne me lasse pas de la richesse de votre imagination, de vos façons toutes différentes de (res)sentir la toile et la raconter en vos mots. Et curieusement, et c’est là une chose absolument fascinante, les deux fidèles qui n’ont jamais raté un dimanche depuis le début de cette aventure, Flairjoy et Armando, sans raconter la même chose, ont tous les deux écrit en vers en faisant un joli clin d’œil à un de mes livres préférés pour raconter la toile de Jean-Louis Toutain.

Et il n’en aurait peut-être pas été ainsi si les commentaires avaient été validés au fur et à mesure plutôt qu’aujourd’hui alors qu’il est l’heure de vous offrir une nouvelle toile. L’idée n’était donc pas si mauvaise… Je remercie aussi Denise et Reine d’avoir joué le jeu elles aussi avec beaucoup de tendresse, ce qui semble être le fil qui tient ensemble les quatre écrivains inspirés par la toile de dimanche dernier.

Qu’adviendra-t-il de l’eau-forte de Victor Prouvé? Vous livrera-t-elle ses secrets? Aurez-vous envie de vous laisser emporter par les mots en la regardant? C’est ce que nous saurons dans une semaine!

Bon dimanche à tous et à dimanche prochain pour un autre En vos mots.

Une envie d’entrer dans la photo…

Filed under: Signé Lilas,Vos traces — Lali @ 7:55

geraldine_0267

Si je vous dis qu’il va encore tomber de la neige demain et que mercredi ce sera une méga tempête, je crois que vous allez comprendre à quel point j’ai envie d’entrer dans la photo de Géraldine pour me perdre dans ce ciel bleu d’Auvergne et dans les fleurs qui commencent à s’ouvrir… Quelqu’un connaît quelque chose à la télétransportation?

Un beau dimanche

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 7:47

lesley-r5

Bien évidemment que le premier café du jour est pris à cette heure-ci, autant pour la lectrice de Lesley Rich que pour moi. Je la dédie à Caroline de Fenêtres sur la cour qui a déniché quelques nouvelles toiles pour le pays de Lali et qui a donné à mon café devant l’écran encore plus de goût! Ce sera un beau dimanche!