Lali

16 janvier 2008

Une lectrice pressée

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 20:11

bbg

Elle avait si hâte de plonger dans le livre que lui a prêté une collègue que la lectrice de Barbara Burghart-Perreault en a oublié de retirer son chapeau dans son empressement à ouvrir le livre. Il faut dire que sa collègue lui a parlé avec tant d’éloge de ce livre qu’il n’est pas du tout étonnant qu’elle se soit ainsi précipitée. Une question reste tout de même dans l’air. Dans combien de temps remarquera-t-elle son oubli?

L’éternité

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 8:23

maxson 2

Il a dit « Je suis trop vieux pour ça, pour mon cœur qui ne fait qu’un tour quand je pense à toi, pour ce sommeil perturbé par la couleur de tes yeux… Je suis trop vieux, c’est insensé, tout ça… » Et le lecteur de Lucia Lay Maxson a trouvé sur la table pour toute réponse quelques lignes tirées d’une chanson d’Alain Chamfort :

l’éternité c’est quand j’prends ta bouche
pas le nombre d’années
que purgent les condamnés

l’éternité c’est quand on se touche
pas une diabolique
notion mathématique

l’éternité c’est quand tes yeux brûlent
ça c’est mieux qu’une messe
mieux qu’une belle promesse

l’éternité c’est quand tout bascule
puisqu’à ce moment
on oublie le temps

l’éternité c’est quand tes yeux brûlent
ça c’est mieux qu’une messe
mieux qu’une belle promesse

l’éternité c’est nos instants d’extase
et non une lourde peine
dont les jours se traînent

Et il a décidé de laisser entrer l’éternité dans sa vie…

Ce que mots vous inspirent 12

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

vlasov 1

Il faut toujours semer derrière soi un prétexte pour revenir, quand on part.
[ Alessandro Baricco ]

Faut-il? se demande le lecteur de Vladimir Vlasov, à l’heure où il va embarquer. Faut-il? se demande-t-il sans savoir s’il reviendra, s’il veut revenir.

Et vous, que faites-vous? Vous laissez derrière vous une raison de revenir ou pas?

La phrase est là pour une semaine. Pour ce que mots vous inspirent… Ou pour ce que toile vous inspire si jamais les mots ne vous parlaient pas…

Scène de lecture sur galet

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 7:39

jsg

Mon amie Géraldine n’est pas qu’une photographe dont vous admirez ici l’œil amoureux de la nature, elle est aussi une artiste qui fabrique des objets. Et en ces heures où on corps se rebelle, comme ça lui arrive hélas! épisodiquement, je lui offre cette lectrice peinte sur un galet de l’artiste hongrois Jász Suba Gábor pour lui dire que je pense à elle et que je lui souhaite de retrouver bientôt toutes ses habiletés afin qu’elle puisse à nouveau sortir faire des photos et fabriquer ces petites choses qui font plaisir.

Salle d’attente

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 7:27

j_diego

Quand je resgarde le lecteur de Jean Diego, visiblement dans une salle d’attente, ou à patienter pour un rendez-vous, je me demande comment font ceux qui ne lisent pas et qui se retrouvent dans une telle situation. Regardent-ils par la fenêtre… quand il y en a? Font-ils des appels téléphoniques? Tournent-ils en rond en regardant leur montre? Et je me dis que j’ai de la chance. Où que je doive attendre, peu importe la durée et qui j’attends, il y a toujours avec moi un livre qui me fait oublier que j’attends.

Sans savoir où il mène

Filed under: Vos traces — Lali @ 6:51

denise_chemin

denise_sol

On prend parfois un chemin au hasard d’une route, sans savoir où il mène, sans même se demander s’il mène quelque part, juste parce qu’il était là, invitant. Ce n’est que plus loin qu’on comprend pourquoi. Parce qu’il y avait là, cette fleur givrée, presque en forme de cœur, qui attendait notre regard pour éclairer le sentier. Et ce chemin devient le plus beau de tous. Grâce à Denise qui s’y arrêtée pour nous.