Lali

5 janvier 2008

Quand la nuit n’est pas encore opaque

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 22:16

ang

Et parfois, d’Agnes Noyes Goodsir a cette irrépressible envie de sortir, de prendre l’air, de respirer, même à des heures qui peuvent paraître indues pour d’autres mais qui sont les siennes. Ces heures de fin de soirée quand la nuit n’est pas encore opaque, quand le silence n’est pas encore dense. La plupart du temps, elle ne va pas loin. Probablement que ce soir aussi. Le temps de trouver un lampadaire qui éclairera les mots de la lettre qu’elle tient à la main d’une lumière qui semble lui faire défaut entre ses murs.

Je ne sais rien d’elle ou si peu

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 21:38

jwa2

jwa3

Mon arrière-grand-mère portait-elle de telles robes? Attendait-elle patiemment, en lisant, comme les lectrices de John White Alexander, son fiancé de notaire pour qu’il l’emmène danser? Je ne sais rien d’elle ou si peu. L’exil, ou cette forme d’exil propre aux défricheurs quittant tout pour fonder des villes. A-t-elle un jour regretté qu’il l’ait emmenée loin de tout, loin des siens? On a toujours laissé entendre qu’elle tirait beaucoup de fierté de son rôle d’épouse du maire. Je ne sais rien d’elle ou si peu. Des grossesses, beaucoup, 22, m’a-t-on dit. Des enfants, trois qu’on perd en une seule nuit. Le veuvage. Je ne sais rien d’elle ou si peu. Pas même si elle aimait les livres. Je sais seulement qu’elle a peint des oiseaux. Je me demande si ce n’était pas un signe.

L’aventure des saveurs

Filed under: Couleurs et textures,Le plaisir des papilles — Lali @ 9:00

bittinger 2

Il suffit d’un détail, aussi minime soit-il, pour que ce samedi qui ressemble à tous les samedis, dans la douceur et dans le calme, prenne une autre couleur. Ou plutôt une autre saveur. Il goûte fort, il réveille les papilles, il a un goût de soleil, de plages et de musiques rythmées. Ce samedi, je déguste un café cubain, rapporté par ma sœur. Et ce petit bonheur tout simple a l’heur d’illuminer ma journée.

La lectrice de Ned Bettinger est-elle fidèle à sa marque de thé ou s’il lui arrive elle aussi de partir à l’aventure des saveurs?

Exceptionnel moment de tendresse

Filed under: Trois petites notes de musique — Lali @ 2:26

transir

Il a suffi des compositions du pianiste Ira Stein et du hautboïste Russell Walder sur l’album Transit pour que le calme et la douceur reviennent.

Le mariage des deux instruments est une réussite exemplaire, particulièrement dans des pièces comme Marseille et Lost Time, où les deux compositeurs/interprètes s’en donnent à cœur joie. Sur d’autres pièces, on retrouvera notamment le bassiste Michael Manring et le percussionniste/claviériste Mark Isham.

Le tout est un exceptionnel moment de tendresse. Un album qu’il fait bon écouter la nuit. À deux, probablement encore plus. Faudra que j’essaie.

Je sais seulement que je ne pourrai pas dormir

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 1:26

d_salle

Je n’avais pourtant rien lu avant de me coucher de ces livres qui troublent l’âme et l’esprit, comme ça semble être le cas de la lectrice de David Salle, aux prises avec un maëlstrom de personnages inquiétants. Non, rien de cela. Et pourtant, je me suis retrouvée dans les dédales d’une succession de cauchemars tous plus terribles les uns que les autres.

Je ne chercherai pas à les expliquer, juste à les oublier, à les écarter de mon esprit. Surtout que je n’en avais pas faits depuis des mois.

Je sais seulement que je ne pourrai guère dormir. Que la crainte est venue parce que comme dans tous les cauchemars, je criais mais aucun son ne sortait de ma bouche.

Et qu’il me reste à chercher quelque musique calme et douce.