Lali

3 janvier 2008

Dentelle de givre

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 7:49

300

301

Cadeau. Il suffisait de tourner la tête vers la fenêtre pour se dire que tout de même l’hiver donne un peu de magie aux jours froids. Il suffisait de tourner la tête pour voir cette dentelle de givre collée à la vitre et le soleil qui dansait avec elle.

Aussi belles qu’un cœur qui bat

Filed under: Signé Lilas,Vos traces — Lali @ 7:32

0626

0625

Parce que c’est encore la saison des Fêtes, parce qu’elles sont rouges et que j’ai besoin de rouge pour ne pas voir que tout est blanc dehors, immensément blanc, je dépose ici les fleurs de Géraldine aussi belles qu’un cœur qui bat. Pour vous. Pour nous.

La lettre dépliée

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 7:19

manning

Elle a déplié une fois de plus la lettre qui est arrivée hier matin pour la relire. Ça doit bien faire vingt fois qu’elle le fait. Mais chaque lecture lui semble différente. Elle ne s’attendrit pas aux mêmes passages même s’il y a chaque fois la même tendresse tissée au fil des mots.

Elle a déplié une fois de plus la lettre. Et une bouffée de bonheur a étreint le cœur de la lectrice d’Hyacinth Manning.

Viens voir le jour avec moi

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 6:05

cooper 2

Le froid l’a réveillé. Pas de trace d’elle dans la chaleur de leur lit.

Mais il sait où la trouver. Elle ne peut qu’être là, dans la pièce où le soleil se lève, avec un livre. Car elle aime voir le jour naître, car elle aime le voir illuminer les pages d’un livre qu’elle partagera avec lui.

Or, la plupart du temps, elle a le temps de monter avant qu’il ne s’aperçoive de sa disparition. Mais pas ce matin. Il dormait si bien. D’un sommeil si profond et si calme, qu’elle n’a pas voulu le troubler en caressant ses cheveux avant de se glisser hors de leur couche. Ni revenir le sortir de ses rêves en se glissant à ses côtés. Si bien qu’elle est restée là, le livre sur les genoux.

Et comme chaque fois que ça lui arrive, si peu souvent en fait, il est descendu sur la pointe des pieds, lui aussi prenant garde à ne pas troubler le calme de sa lecture. Et comme chaque fois, la lectrice de Peter Cooper a dit : Je t’attendais, mon amour. Viens voir le jour avec moi.