Lali

20 décembre 2007

Car il l’aime vivante

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 8:18

jaraiz

Parfois cette envie de ne plus bouger qui la gagne. Cette envie de rester là, de tourner les pages jusqu’à son retour sans quitter la pose. Juste une envie. Mais la lectrice de Jaime de Jaraiz ne restera pas ainsi figée. Il lui faut bouger, pas juste rêver. Il lui faut voir les lumières de la ville et goûter le pain encore chaud. Il lui faut regarder le ciel et danser sur les notes d’une guitare.

Il lui faut vivre sans attendre. Elle ne supporterait pas la pose très longtemps.

Et il ne l’aime que dans cette pose s’il peut poser un baiser sur son épaule nue. Pas autrement. Car il l’aime vivante, s’émerveillant de tout, goûtant les flocons de neige ou une praline, chantant, s’extasiant devant devant une fleur ou le sourire d’un enfant. Car il l’aime vivante, hors de lui et par lui.

sans altérer l’élan fragile

jb

et j’ai crié ton nom dans ma nuit
émotion qui me déchire
doute et désir
à jamais franchir l’absence
comme pour épeler le mot A-M-O-U-R
à l’imparfait plus-que-parfait
jusqu’à y croire
et effacer les traces sur le sable
sans altérer l’élan fragile

(juillet 1986)

*toile de Jacqui Beck

Plus que deux jours avant les vacances

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 7:58

turner 3

Plus que deux jours et je serai en vacances jusqu’au 2 janvier. Et pendant ces dix jours, je lirai trois livres à la fois, j’écrirai, je ferai du café, j’irai voir la neige et les décorations des Fêtes, je traînerai en chaussettes et en gros pull de laine, j’écouterai de la musique, et le temps doucement passera.

Et aussi, j’entrerai quelques heures dans la toile d’Helen Maria Turner qui a écrit que : « When a woman is most herself, when she is most simple and natural, she is most beautiful. » (C’est quand une femme est elle-même, qu’elle est simple et naturelle qu’elle est la plus belle.)

L’arbre de Noël de ma sœur

Filed under: Petits plaisirs,Signé Lali — Lali @ 6:53

noel_025

noel_026

noel_028

noel_023

noel_019

J’en connais qui adorent les chansons de Noël et qui ne s’en lassent pas, année après année. Armando est un de ceux-là. L’autre est Maurice, mon beau-frère, lequel a une véritable pour ces chants. Je ne serais pas surprise d’apprendre un jour qu’il commence à mettre de l’ambiance dès son anniversaire, début novembre… Ma mère est plutôt petits plats sucrés tandis que ma sœur est nulle autre que la fée de la décoration. Tout chez elle est Christmas design, elle n’oublie jamais un détail. Guirlandes, bougies décorées, serviettes de table, tout, je vous dis. Sans oublier le sapin qu’elle décore quasi amoureusement, choisissant minutieusement les boules ramassées au fil des années, reçues en cadeau ou achetées au cours de voyages, lesquelles elle accroche avec délicatesse, prenant bien soin de mettre celle-là exactement là, dans un angle précis, cette autre plus bas, vers la lumière, pour que chacune des boules finement ciselées attire à elle seule le regard.

Et moi? J’écoute la musique, je me gave de sucreries et je reste là, devant l’arbre, admirative.

La lectrice aux fourneaux

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 5:41

rojas

Je l’imagine se levant tôt, comme ma grand-mère le faisait, comme ma mère le fait, pour s’affairer à ses fourneaux, question de gâter leur petit monde avec des beignes à l’ancienne, minuscules et bien goûteux, un gâteau aux fruits confits, lequel est recouvert de languettes tremprées de rhum qu’il faut imbiber à nouveau régulièrement et le fabuleux pouding au suif, recette transmise de génération en génération depuis la conquête britannique.

Probablement que la lectrice de Cristobal Rojas prépare autre chose pour ce Noël. Oui, probablement, mais je sais une chose. Peut-être même une seule. Elle fait tous ces biscuits, tous ces gâteaux, toutes ces tartes pour ceux qu’elle aime.