Lali

19 décembre 2007

Ce que mots vous inspirent 8

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

ds13

ds17

ds24

ds19

ds15

ds9

ds6

ds10

ds5

ds26

ds18

ds25

ds4

ds8

ds23

ds22

ds21

ds16

ds20

ds11

ds12

La parole n’est qu’un bruit et les livres ne sont que du papier.
[Paul Claudel]

Les livres ne sont-ils vraiment que du papier? Et si oui, pourquoi inspirent-ils les lecteurs et ceux qui écrivent? Pourquoi ont-ils, de plus tant inspiré le peintre Dmitry Samarov qui a fait une bien jolie série qui leur est consacrée?

À vous de dire ce que mots vous inpirent, ou pourquoi pas, ce que toiles vous inspirent. Les uns comme les autres sont à vous pour une semaine, comme chaque mercredi. Ils sont là pour vous.

Ce qu’il voit

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 7:58

csn

-Tu ne serais pas amoureuse, dis?

Elle l’a regardé. Il sait toujours tout. Et elle ne sait pas comment il fait pour toujours tout savoir, mais c’est ainsi. Et elle a mumuré un oui timide.

-Je me disais aussi que ces yeux qui brillent…
-C’est vrai, ils brillent?
-Mais, tu ne te vois pas?

Peut-être se voit-elle. Peut-être seulement. Elle voit ces gens qui vont par deux. Elle voit des couples d’oiseaux. Ça, elle voit.

Lui voit la lectrice de Christopher Silas Neal telle qu’elle est. Absolument et totalement amoureuse.

Cette douce assurance

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 6:50

yardley 3

Et il y a ces matins où on peut ouvrir un livre ou un journal alors que le soleil baigne peu à peu la pièce. Ces matins de douce assurance où on sait qu’on ne sera pas un vague souvenir, ni quelques mots sur une lettre qu’on finira par jeter, ni une photo qui perdra ses couleurs, ni un visage sur lequel on ne pourra mettre un prénom, ni rien de ces moments éphémères qui finissent par perdre leur goût. Il y a des matins où on sait, comme la lectrice de Bruce Yardley, qu’on fait partie de la vie de quelqu’un à jamais et que pour lui on ne sera jamais de passage.