Lali

13 décembre 2007

Malgré le froid

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 8:14

pellegrini

Je croiserai peut-être une lectrice en tous points points semblable à celle d’Alfred Heinrich Pellegrini, bien emmitouflée, mais ne voulant surtout pas se priver de lire malgré le froid. Je crois même la voir déjà. Elle est toujours dans le bus quand je monte. Là, tout au fond, près de la fenêtre. Avec un livre sur les genoux.

Je crois qu’aujourd’hui elle portera un bonnet bien chaud. J’en suis presque certaine.

Quand les arbres portaient encore des feuilles

Filed under: Signé Lilas,Vos traces — Lali @ 7:58

geraldine_54

geraldine_109

Quand il fait quinze sous zéro, comme ce matin, je me mets à rêver à ce temps qui n’est plus où les arbres portaient encore des feuilles, comme ce matin où Géraldine les a longuement contemplés. Et je n’ai plus froid. Ou presque plus. Il y a tant de chaleur dans le partage que le corps est presque autant réchauffé que le cœur.

L’écureuil roux

Filed under: Vos traces — Lali @ 7:54

denise_15

Celui qui marchait sur le rebord de ma fenêtre tout à l’heure, précautionneusement, parce que je suis au deuxième et que la chute aurait été probablement fatale, n’avait pas ce joli roux de celui croqué par Denise. Mais curieusement, il m’a fixée de la même manière. Les écureuils sauraient-ils lire le bonheur dans les yeux de ceux qui les regardent?

Gravées dans leurs cœurs

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 7:46

aska

Elle a lu les mots. Une fois, deux fois. Peut-être même vingt fois. Et elle rêve. Comme chaque fois qu’il lui écrit. Comme chaque fois qu’il trace sur le papier quelques mots de ses rêves à lui qui ne sont que d’elle empreints. Et elle se dit qu’elle aurait pu écrire les mêmes tant ils sont les siens, sans être les siens. Et la lectrice de Sandra Aska est heureuse. Elle sait que d’autres mots viendront, riches d’images qui sont gravées dans son cœur. Dans leurs cœurs.