Lali

30 juillet 2007

Ce qu’elle a de mieux à faire

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 23:08

hawthorne

La petite flamme se réveille parfois, même si elle fait tout pour la garder éteinte. Même si elle évite avec application les situations qui pourraient inviter au jeu de la séduction. Mais cela lui arrive encore, occasionnellement, quelques minutes, quelques heures, rarement plus.

Et quand la possibilité s’est enfuie, que s’est dissipé l’attrait du jeu, la lectrice de Charles Webster Hawthorne fait ce qu’elle a de mieux à faire : elle lit.

Le gauche ou le droit ?

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 20:57

dean 1

dean 2

Préfère-t-il le profil gauche ? Le droit ? Il ne sait pas. Il sait juste qu’il aime la regarder lire, nue. Il sait juste qu’il ne se lasse pas de l’admirer. Il sait juste qu’il passerait sa vie à la détailler. Enfin, c’est ce qu’il croit.
Mais la lectrice de Colin Dean sait bien le regard qu’elle doit poser sur lui pour que la contempler ne lui suffise pas.

Échinacée glanée sur le chemin

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 18:48

sony 494

Le Petit Poucet semait des cailloux sur son chemin. Je glane des fleurs sur le mien. Pour mon plaisir. Pour le vôtre. Pour les journées d’hiver où l’été ne sera qu’un souvenir. Pour souligner la douceur de la vie qui est parfois une échinacée qui étale ses pétales sous le soleil brûlant.

Comme j’aime…

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 7:49

banki

Comme j’aime la catégorie En vos mots du pays de Lali qui, chaque semaine, apporte ses surprises et votre imaginaire. Comme j’aime, à peine ai-je installé une toile, me balader dans ma galerie comme le fait la tourneuse de pages de Szilvia Banki, en me demandant avec lequel des tableaux je susciterai vos mots. Comme j’aime savoir que certains ont déjà écrit, 24 heures à peine après l’accrochage du tableau de la semaine. Comme j’aime savoir aussi qu’En vos mots a ses deux irréductibles fidèles (Flairjoy et Armando) auxquels d’autres s’ajoutent, selon la toile, selon ce qu’elle leur inspire, selon la disponibilité qu’ils ont.

Oui, comme j’aime me promener toute la semaine durant dans ma galerie en lisant les textes qui arrivent et qui seront publiés le dimanche.

Si d’aventure, vous qui n’avez pas écrit, qui n’osez pas écrire, impressionnés par la qualité des textes, par timidité ou pour toute autre raison, laissez tomber ces fausses raisons. Une phrase, une citation, un extrait de chanson, un souvenir, tout est bon à partager. Laissez derrière vous les appréhensions. Il n’y a ici que le bonheur du partage.

Dans le dédale des livres

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 7:31

j_mortimer

Il y avait des livres partout. Des livres à en perdre la tête. C’était à l’occasion d’un salon du livre, m’a-t-on raconté. Il y avait des livres partout, mais le lecteur de Justin Mortimer n’a plus vu qu’elle. Elle, feuilletant un livre dans un des kiosques. Un livre sur l’Islande, je crois. Elle, à son propre kiosque, plus tard. Elle, devant un café. Elle, riant. Elle, lui tenant la main.

Il lui fallait se perdre dans le dédale des livres pour qu’il la trouve.

Envie de couleurs

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 6:57

nolde

Bien sûr que je ne sais pas ou si peu de quoi sera faite cette journée qui débute, hormis le soleil qui se pose sur mon épaule alors que j’entends le bruit de la cafetière. Bien sûr que je sais que j’irai au bureau, que nous nous raconterons nos fins de semaine, comme tous les lundis, dans le bureau de l’une ou l’autre. Bien sûr. Souvent le mien. Parfois autour de la cafetière.

Bien sûr que je ne sais que les grandes lignes de ma journée. Les courriels qui vont entrer, le téléphone qui va sonner, les demandes plus ou moins urgentes. Bien sûr.

Mais ce matin, j’ai envie de couleurs. Mais ce matin, j’ai envie du jardin de la lectrice d’Emil Nolde. Et je me dis que peut-être je le croiserai sur ma route…

Précisément là

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 6:39

lacaze 2
Un jour, elle l’emmènera là, précisément là et pas ailleurs. Sur ce banc du Vieux-Québec où est assis le lecteur d’Alain Lacaze. Et c’est lui qui lira sur ce banc. Un guide de voyage ou un journal. Elle ne le peindra pas. Mais elle retiendra l’image et le souvenir par une photo. Oui, un jour, elle l’emmènera là, précisément là. C’est écrit.

Je ne me lasserai jamais

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 6:00

guarnaccia

Je ne me lasserai jamais de cette lumière du petit matin, de celle qui entre dans ma chambre et dans mon bureau, là ou le soleil se lève. Je ne me lasserai jamais de la voir inonder certaines toiles où le bonheur des lectrices – comme celle de Louis Guarnaccia – est éclatant. Je ne me lasserai jamais du petit matin où j’écris sous le soleil, heureuse de commencer une journée dont je ne sais rien. Ou si peu.