Lali

20 juillet 2007

Les gardiens de la bibliothèque

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 20:55

smith 2
smith 1

Ils veillent sur le troisième étage de la bibliothèque de la Brigham Young University de Provo, en Utah. Mais je ne suis pas certaine que les lecteurs de Dennis Smith soient de bons gardiens. Ils semblent si concentrés qu’il me semble que rien ne pourrait les déranger. Quoique, c’est bien connu, les apparences sont souvent trompeuses…

Quelque part, un parc m’attend

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 20:26

stoddard

Après une journée comme celle d’aujourd’hui, il va sans dire que je rêve d’entrer dans la toile d’Alice Kent Stoddard. Tout y est paix et douceur, nature et bonheur de lire. Quelque part, un parc m’attend, je le sais.

Il faut une fleur pour Patrick

Filed under: États d'âme,Signé Lilas,Vos traces — Lali @ 16:42

geraldine3

Il faut une fleur pour fêter le retour de Lali après une journée qui m’a mise à rude épreuve, puisqu’une faille dans la vieille plate-forme de WordPress que j’utilisais a permis à des pirates de s’insérer dans mes pages et de me faire disparaître en effaçant tous mes fichiers et même mon existence.

Il faut une fleur pour Patrick qui a tout transféré sur une nouvelle plate-forme. C’est donc au grand manitou belge qu’ira la rose auvergnate de Géraldine, à défaut de lui offrir tout un bouquet!

Ça suffit

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 7:21

grassi 1

grassi 2

Ça suffit. Le blanc-bec qui affirme tout connaître ne pourra plus faire d’esbrouffe. Le lecteur d’Alfonso Grassi en a marre. Marre de se taire parce qu’il n’est pas aussi beau parleur que celui qui épate tous les jours la galerie du café où tous se réunissent après le travail. Plus que marre que Monsieur-je-sais-tout affirme tout de go des semblants de vérité qui sont truffés d’anachronismes et d’erreurs chronologiques. Asssez. L’amoureux des livres et de la précision a apporté aujourd’hui de quoi clouer le bec à celui qui les captive.

Quand l’immeuble est silencieux

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 7:15

senard

Pas un bruit dans l’immeuble. Comme si tout le monde dormait encore, bien qu’il soit 7 h du matin et qu’elle soit debout depuis deux bonnes heures. Or, elle est bien dans ce silence qu’on ne trouble pas. Elle peut travailler en paix à la rédaction d’un document sans que ne sonne le téléphone, sans tous ces bruits qui lui font lever la tête pour en saisir la provenance. Elle est bien dans ce silence du matin, dans sa robe rose. Appliquée. Parce que la lectrice de Charles Senard sait que tout à l’heure elle s’offrira sa pause lecture avant de se remettre au travail.