Lali

10 juillet 2007

Raffinement et délice portugais

Filed under: Le plaisir des papilles,Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 7:41

portus calle 2

Dès qu’on franchit la porte de Portus Calle, boulevard Saint-Laurent, un peu au nord de la rue Rachel, on sent qu’on aura envie de s’y attarder, tant tout est invitant, des toiles colorées aux murs aux sourires de ceux qui nous accueillent.

D’emblée, une jolie assiette est posée sur la table. Hier soir, il y avait pour chacun des convives une cuillère remplie à ras bords de tartare de saumon aux abricots qui fondait dans la bouche et qui annonçait des joies gustatives sans pareille. Et ce fut le cas. Carpaccio de merlan bleu, prosciutto, saucisses portugaises, en entrées qu’on partage. Avec les oh! et les humm! de circonstance. Nous allions de délice en délice, en n’oubliant pas de faire un sort aux trois variétés de pain et à l’assortiment d’olives. Charmés. La musique omniprésente ne faisait qu’ajouter au plaisir. Il nous manquait juste un ami portugais de Bruxelles pour un tableau parfait. Un jour, je l’y emmènerai. Et tout aura encore plus de goût.

portus calle

Même cette pure merveille qu’était le riz aux fruits de mer, dont une partie a été disposée ainsi dans mon assiette, le chaudron laissé à côté de moi pour que je puisse me resservir. La portion était si généreuse que j’ai même pu partager ce plat avec ceux qui m’accompagnaient et qui se sont extasiés eux aussi, même si leur assiette de poisson, aussi belle qu’un écrin recelait déjà tous les plaisirs.

J’aurais voulu avoir assez faim pour goûter un des nombreux desserts de Portus Calle, mais ce sera pour la prochaine fois, surtout que les autres se sont délectés d’assortiments de sorbets maison qui leur ont fait pousser de nouveaux humm! de bonheur.

Le raffinement est de mise chez Portus Calle, un raffinement qui va de la préparation des plats jusqu’à leur présentation, en passant par le lait chaud apporté pour couper l’allongé. On sort de là en plein ravissement. Il va sans dire que je suis conquise et qu’on me reverra là-bas. Bientôt, je l’espère.

Les fleurs de la rue Rachel

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 7:35

rue rachel

C’est tout simple quelques fleurs derrière une clôture ajourée de fer forgée. Et pourtant, quelle joie quand elles se trouvent sur le chemin. Quelle joie de s’arrêter et de les regarder. Quelle joie de prendre le temps de le faire. La vie, c’est aussi ça. La vie, c’est surtout ça. Marcher sur la rue Rachel, en plein quartier portugais et trouver des fleurs au hasard de nos pas.

Le livre qui s’écrit

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 7:19

meltzer

Le livre est ouvert, mais elle ne tourne pas les pages.

Certains livres ne se lisent pas, mais s’écrivent. Il en est ainsi de celui de l’amitié. Il y a toutes ces pages déjà écrites, toutes ces pages qu’on relit parfois, qui ne sont autre chose que de précieux souvenirs. Il y a aussi toutes ces pages à noircir qui, dans leur blancheur immaculée, renferme toutes des promesses de bonheur.

Le livre est ouvert. Un souvenir vient de se poser sur la page. La lectrice d’Arthur Meltzer sourit. Elle sait qu’elle relira souvent cette page.