Lali

20 juin 2007

La lectrice et ses prétendants

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 23:04

ter boch 1ter boch 9

ter boch 2

ter boch 4

ter boch 3

ter boch 5

ter boch 6

ter boch 8

ter boch 7

ter boch 10

Parfois, c’est un messager qui lui apporte une missive. D’autres fois, les phrases sont si jolies qu’il faut qu’elle les partage. Le reste du temps, la lectrice de Gerard ter Borch écrit ou lit des lettres. C’est pratiquement sa seule occupation.

Vous aurez compris qu’elle n’a pas encore choisi lequel de ses correspondants gagnera son cœur. Ses prétendants ont tous deux une si belle plume.

Mais chut, ne parlons pas trop fort, je crois que l’un comme l’autre ne sait pas qu’il a un compétiteur.

Le journal déposé sur la table

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 22:39

lewis 3

Il a plié le journal et l’a déposé sur la petite table. Comme certains soirs où il a envie de se brancher à nouveau sur le monde, et plus précisément sur l’actualité. Et comme chaque fois qu’il a fini de lire en diagonale certaines rubriques, de lire avec plus d’application certains articles, il abandonne le journal. Insatisfait. Trop peu, toujours trop peu de renseignements et aucun article de fond comme autrefois. Le lecteur de Wyndham Lewis éprouve une certaine nostalgie pour cette époque où le mot scoop ne faisait pas la loi, où il apprenait quelque chose à parcourir page après page le journal quotidien. Mais tout cela n’est plus. Et les yeux clos, le lecteur se laisse bercer par ses souvenirs.

Fleurs sans nom dans la lumière

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 19:09

fleurs_bureau 1

fleurs_bureau 2

fleurs_bureau 3

Je ne sais pas leur nom. Je sais juste qu’elles étaient belles dans la lumière quand je suis sortie du bureau. Plus belles, sûrement, que ce matin, quand je suis arrivée. Si bien qu’il a fallu que je les immortalise en ne perdant pas de vue les aiguilles de ma montre pour ne pas rater l’autobus. Au fait, je serais ravie de connaître les noms si jamais quelqu’un savait…

Certains jours, j’entrerais dans une toile

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 6:54

giroud

Certains jours, j’entrerais dans une toile pour n’en plus bouger. Je la choisirais probablement douce et paisible, peut-être pour son ambiance, d’autres fois pour ses couleurs vives, sa lumière. Je la choisirais au gré de mon humeur, selon l’inspiration du moment, sans chercher à savoir pourquoi celle-là.

Certains jours, aujourd’hui par exemple, j’entrerais dans la toile de Pascal Giroud et y resterais.