Lali

9 juin 2007

Des lectrices rayonnantes

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 23:13

edb1 edb2

Comme elles sont rayonnantes, les lectrices d’Eugene de Blaas! Comme leur sourire est lumineux et éclaire chacune des deux toiles.

À n’en pas douter, chacun des billets est un message qui fait plaisir. Probablement la promesse d’un rendez-vous galant. Leurs yeux brillants ne disent que ça.

Une nouvelle aventure pour Lali

Filed under: États d'âme — Lali @ 22:45

fp1

C’est une journée exceptionnelle qui se termine pour le blog de Lali. Et dans un premier temps, pour cette nouvelle aventure qui débute, je me dois de remercier Olivier SC de Bloguer ou ne pas bloguer qui m’a exprimé un jour à quel point un blog est vivant et s’enrichit à partir des commentaires qui y sont laissés. Et aujourd’hui, à partir d’un commentaire que m’a laissé le peintre Kazuyuki Takasaka sur sa toile qui m’a inspirée le 20 avril et l’échange de courriels qui a suivi entre nous, une autre idée a germé…

L’artiste ne pouvant lire ce que sa toile avait suscité d’images en moi parce que le texte était en français me laissait entendre, il va de soi, que ça lui plairait de pouvoir lire en anglais ce que j’avais écrit. C’est avec plaisir que j’ai traduit pour lui mes quelques lignes qu’il a tant appréciées que celles-ci se retrouveront sur son site. Quel beau cadeau. Quel bel échange. Je suis émue.

Encore merci, Olivier. Car l’aventure prend encore une fois une autre dimension. En effet, de temps en temps, je traduirai vers l’anglais quelques-uns de mes textes pour ces lecteurs de passage qui ne lisent pas le français. Une chose à laquelle je n’avais pas pensée, mais qui a germé à partir de cet échange de lettres avec le peintre japonais.

La toile inachevée

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 20:23

levian

Le chevalet est resté là, la toile inachevée. Une toile où elle lisait, comme elle lit ce soir, probablement dans la même pose. La toile est là, inachevée, comme l’est aussi l’histoire d’amour de laquelle le peintre s’est retiré, sans qu’elle sache tout à fait les raisons de cette absence définitive.

La toile est là. La lectrice de Yosef Levian ne dépose plus ses livres. Le peintre ne reviendra pas signer sa toile.

En rentrant du marché

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 18:40

ritman 1

Est-elle allée au marché? A-t-elle rapporté des mûres, des tomates, des abricots, du pain aux olives, une fougasse aux tomates, une ficelle à l’emmenthal et des bajhis de carottes et de poireaux? A-t-elle mangé sur place une saucisse de sanglier, des morceaux de mangue, de la paella au poulet et des olives?

À l’heure de la lecture, la lectrice de Louis Ritman a-t-elle comme moi rangé ses trésors gastronomiques pour s’en délecter plus tard? Je n’en sais rien, mais j’aime le penser.

Le premier café de la fin de semaine

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 8:57

cm

Qu’on le prenne dehors, en regardant le paysage, comme le fait le lecteur de Carole McClintock, qu’on le prenne au lit, à la table devant une fenêtre grande ouverte, à une terrasse ou devant son écran, le premier café du matin accompagné de lecture reste un des moments de la journée que je préfère. Surtout le samedi et le dimanche, alors que je ne sais encore rien de ce que seront mes journées.

Oui, bien sûr, je sais que je lirai, que j’écrirai, que j’inventerai des vies à mes lecteurs et mes lectrices de passage, que je préparerai pour demain la toile à accrocher pour la catégorie En vos mots, puisqu’il reste moins de 24 heures à ceux et celles qui seront inspirés par la toile de Sidney Edward Dickinson.

Oui, tout cela je le sais, alors que le bol de café est posé là, à côté du clavier et que le soleil inonde la pièce de ses rayons. Le reste est à vivre, à écrire.