Lali

6 mars 2007

Dans un décor peint pour elle

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 23:12

leobrooks

Il y a eu le décor et ensuite la lectrice. Ça ne peut qu’être ainsi que Leo Brooks a fait les choses. Et si ce n’est pas le cas, on a vraiment cette impression d’un décor bien léché dans lequel la lectrice est entrée comme elle serait entrée dans un livre. Pour s’y attarder, mais en sachant qu’elle franchira le décor installé pour elle, qu’elle n’est là que temporairement, en équilibre sur une roche dont on ne possède aucune assurance que ça en soit une.

La lectrice est entrée dans le décor du livre qu’elle lit. Ni plus, ni moins.

Nouveau projet

Filed under: Le plaisir des papilles,Vraiment pas sérieux — Lali @ 22:35

lindt_pistache

Et si pour les prochaines années je me donnais comme projet de goûter un maximum de variétés de chocolats? Et pourquoi pas? Si le projet semble d’emblée fou et même très fou, il est bien entendu qu’il va m’emballer et que je vais m’y jeter à pieds joints. Il en est ainsi de tout ce que je fais. Pas de demi-mesure en amour, pas de demi-mesure dans ma passion pour écrire, pas de demi-mesure dans ma quête incessante de découvrir de nouvelles lectrices à partager. Alors, pourquoi pas aussi le chocolat? Surtout que la tablette savamment fourrée de pistaches n’est plus et que son goût qui persiste sur ma langue me donne le goût du chocolat à perpétué. Peut-être pas aussi quotidiemment que l’écriture, mais disons… régulièrement ?

La guitare de Pierre Bensusan

Filed under: Trois petites notes de musique — Lali @ 21:39

intuite

Il y a des soirs où il me faut de la guitare, où il me faut entendre gratter. Il y a des soirs où l’album Intuite de Pierre Bensusan est exactement ce qu’il me faut. Pour l’originalité, pour la maîtrise, pour ce qui se dégage des compositions.

Et de toutes les pièce de cet album où l’artiste fait corps avec son instrument, où chaque pièce est le résultat d’une recherche, c’est « Bourrée voltige » que je préfère avec son clin d’œil à Jean-Sébastien Bach. Mais chacune des pièces possède sa propre couleur, sa chaleur.

Et ce que j’aime aussi chez Bensusan est qu’on n’entende pas juste les cordes, mais aussi le bois de la guitare, le corps à corps, la complicité. Un artiste à part que celui-ci. À écouter sans modération.

Lettre après lettre

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 20:48

louise jopling

Elle aura beau relire lettre après lettre, elle ne trouvera pas la clé, elle ne connaîtra pas la véritable raison de sa disparition sinon celle qu’il lui aura donnée. Et la lectrice de Louise Jopling a beau savoir tout ça, a beau se le répéter, elle n’aura de cesse que quand elle aura relu une à une chacune des 200 lettres, le plus souvent courtes, griffonnées en vitesse, mais dont l’intensité est toujours là. Et c’est ce qu’elle fait, même si cela réveille en elle quelque chose qu’elle doit désormais taire et qui s’appelle le désir.

La lectrice aux lèvres tremblantes

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 15:01

philippe visson

Tout n’est toujours que perception. Ceux et celles qui chercheront dans le visage de la lectrice de Philippe Visson à quoi elle peut bien penser ne percevront probablement pas la même chose. Et c’est ce qui est formidable avec la peinture. Elle est une porte ouverte à l’interprétation.

Et cette lectrice, que raconte-t-elle? Je l’imagine troublée par sa lecture. Je le vois à ses lèvres qui tremblent, à ses yeux qui se mouillent un peu, à son souffle qui se fait haletant. Je vais même jusqu’à imaginer un mouchoir plié ou roulé en boule dans les poches de la veste qu’elle porte.

Oui, j’imagine, je ne fais que ça, je ne sais faire que ça.

Pause brioches

Filed under: Le plaisir des papilles — Lali @ 10:56

brioche

C’est un matin pour les brioches à la cannelle et aux raisins. C’est un matin pour un café très fort et très chaud. C’est un matin pour se faire plaisir au moment de la pause, surtout quand sortir de chez soi pour se rendre au bureau est une expédition tant le froid est vif et pénétrant. C’est un matin pour s’offrir une récompense et les brioches en constitueront l’essentiel. Ce ne sont sûrement pas les plus exquises que j’aie goûtées dans ma vie, mais elles ont ce matin tout ce qu’il faut pour que je sois heureuse et réchauffée.

La lectrice au pull rouge

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 8:24

micheleramirez

Il fait froid, trop froid. Encore une journée où il faut se couvrir de pulls.

Quel bonheur ce serait de n’en porter qu’un seul, comme la lectrice de Michele Ramirez. Quel bonheur encore plus grand ce serait de sortir en pull… Mais je viens de ce pays où l’hiver est long, où l’hiver est froid. Et ce jour plus que les précédents. Le genre de jour où on se demande ce qu’on fait dans un pays aussi froid.

Comme je serais bien avec un seul pull. Et sans bottes, sans manteau, sans foulard et tutti quanti. Je sais, je sais, ça viendra.

Une lectrice rieuse

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 8:05

geoffrey gaskell

Les lectrices ne sont pas toujours tristes, mélancoliques ou rêveuses, même si les artistes les peignent souvent ainsi. Celle moulée par les mains de Geoffrey Gaskell a plutôt l’air de s’amuser. Est-ce l’artiste ou ce qu’elle vient de lire qui a déclenché ce rire si bien immortalisé ? Les deux ? Ou alors s’insurge-t-elle parce qu’il vient de lui faire une remarque un peu coquine ? Va savoir. L’important est dans ce bonheur qu’elle dégage d’être là, avec son livre, auprès de celui qui, peut-être, la fait rire.

Celle qu’il regardait

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 7:29

sheludyakov

La possibilité de vivre commence dans le regard de l’autre.[ Michel Houellebecq ]

Tout le temps que le regard de la lectrice d’Oleg Sheludyakov était plongé dans celui de celui qui la désirait, elle laissait là ses livres pour cette possibilité de vivre une vie où elle serait sienne. Plus que quelques heures ici et là.

Tout le temps qu’il l’a regardée, qu’il l’a touchée, qu’il l’a émue, elle a espéré cette vie autre, hors des livres.

Mais maintenant que le regard de l’homme ne se posera plus sur elle, qu’elle ne pourra plus rien y lire, peut-elle faire autre chose que retourner au monde des livres ?

Les lectrices de revues de mode

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 7:06

shen ling 1

shen ling 2

L’artiste chinoise Shen Ling n’a pas peur des couleurs. Qu’elle peigne des couples ou les lectrices, il y a abondance de couleurs et de contrastes.

Ses deux lectrices – la même, peut-être – ont ce côté lointain, inatteignable, de celles qui ne veulent pas être dérangées. Et pourtant, je ne suis pas si sûre que si on leur demandait ce qu’elles lisent, elles ne s’emballeraient pas. Elles auraient mille choses à relater, à partager.

Car je crois que comme toutes celles qui lisent, elles ont quelque chose à raconter. Celles-ci comme les autres. Peut-être bien que les lectrices de Shen Ling aiment se retirer en compagnie de revues de mode. Et que grâce à elles, le rêve entre un peu dans leur vie. Et seulement là. Et qu’il n’en tient qu’à nous de savoir à quoi elles rêvent.