Lali

10 août 2006

Nudité et lecture

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 22:33

lesleykabelac

Étrange que j’aie pu vivre avec quelqu’un qui ne supportait pas la nudité, pas plus la sienne que la mienne. Qui trouvait indécent de ne pas se vêtir quand on est chez soi et qui ne serait jamais sorti nu de la salle de bain. Oui, étrange. Comme quoi au nom de quelque chose qui a peut-être été une forme d’amour, mais que j’appellerais davantage de l’altruisme et de la cohabitation, j’aie délaissé une part de moi pour ne pas offenser celui qui partageait mon quotidien.

Bien sûr, s’il n’était pas là, j’en profitais. Je me promenais en tenue d’Ève et je lisais allongée sur le lit, sur le sofa ou dans ma chaise de lecture. Pas de sourcil qui se fronce de me voir ainsi; comme si j’avais été indécente ou tellement peu attirante qu’il faille cacher ma peau aux regards.

Quelle belle liberté de vivre seule aujourd’hui, de ne pas héberger un copain, de ne pas fermer les portes. De me retrouver, telle la lectrice de Lesley Kabelac, à l’aise, surtout cet été où il a fait si chaud et où j’aimais en même temps que je parcourais romans ou magazines, sentir l’air venu du ventilateur sur ma peau nue.

Elle est belle, cette lectrice. Et si jamais quelqu’un la trouve indécente, c’est SON problème. Il ne voit pas la concentration et le plaisir qui se dégagent du visage, il ne voit que la blancheur des seins dans tout ce bleu. Il ne voit pas la liberté de celle qui lit. Il ne perçoit rien de ce qu’elle vit, les yeux détournés de ce qui n’est pas l’objet de cette toile.

Nombreuses sont les lectrices nues, certaines posant délibérement pour ceux qui les peignent. Oui, nombreuses, mais pour la plupart totalement absorbées par le double plaisir provoqué par la nudité et la lecture. Prêtes pour un autre plaisir si jamais ? Libre à vous de l’imaginer. La nudité est déjà un plaisir en soi qui ne demande pas nécessairement autre chose.