Lali

3 mai 2016

Composition livresque

Filed under: La carte postale du jour — Lali @ 12:00

Photos de Spike Powell, Robin Stubbert, Caroline Mardon
(Photos de Spike Powell, Robin Stubbert, Caroline Mardon)

Quelle magnifique composition que celle-ci, envoyée par Nadine. Cela donnerait une magnifique affiche!

Ce que mots vous inspirent 1692

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

BECKETT (Robert)

Ne faites jamais un bon mot qui puisse vous faire perdre un ami, à moins que le mot ne soit meilleur que l’ami. (Proverbe anglais)

*toile de Robert Beckett

2 mai 2016

Hallali 2

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

GRASSET (Bernard)

Autre siècle de jour
pur flux de photons
ton corps affranchi
du pesant de l’opaque
désir
se dématérialise
dans la danse
immobile
de matière-énergie

Jean Chapdelaine Gagnon, Hallali

*choix de la lectrice de Bernard Grasset (dont toute trace a disparu)

Rue des Blancs Nuages

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 19:42

rue-des-blancs-nuages

Dès la première image de Rue des Blancs Nuages, j’ai eu un sourire grand comme ça. Est-ce le mignon narrateur qui m’a fait craquer? Son adorable chat? Son chien à roulettes? Sa voiture de pompier? Je ne sais pas. Probablement tout cela. Les illustrations d’Emmanuelle Colin sont si gaies. Et le texte de Juliette Parachini-Deny tout en vers vous donne envie de le lire à haute voix et même, de l’apprendre par cœur.

Pas de drame ici, pas de déchirement non plus, même s’il s’agit d’un déménagement. L’auteure, au lieu de mettre l’accent sur ce que l’enfant laisse derrière lui, amis et souvenirs, a plutôt choisi de nous présenter sa nouvelle vie. C’est donc une visite des différents étages de la nouvelle demeure du jeune narrateur qui nous est proposée ici, de même qu’une rencontre avec chacun des occupants, de la dame aux oiseaux à celle qui prépare son mariage, en passant par Alysée, sa préférée.

Il fait bon le bonheur dans l’immeuble de la rue des Blancs Nuages. Il y fait bon aussi tout derrière, là où est la plage. Là où l’aventure guette le lecteur qui s’y aventure.
Il fait bon le bonheur de la première à la dernière page de ce tendre album aux couleurs vives. Et du bonheur, on n’en a jamais assez. Profitons-en quand il s’offre à nous de si jolie façon.

Bonjour!

Filed under: Couleurs et textures,La carte postale du jour — Lali @ 12:00

Bonjour - aquarelle de Courtney Oquist

Pour cette première carte postale de mai, j’ai choisi de vous dire BONJOUR. Tout simplement. Parce que la carte que m’a envoyée Lori, de San Diego, est si jolie que j’ai eu envie que vous découvriez l’univers de l’artiste Courtney Oquist, à qui l’on doit cette aquarelle.

Ce que mots vous inspirent 1691

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

DAEL (Geneviève)

Sans émotions, il est impossible de transformer les ténèbres en lumière et l’apathie en mouvement. (Carl Gustav Jung)

*toile de Geneviève Dael

1 mai 2016

Hallali 1

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

grant (duncan) - 18

L’objet du désir possédé
rejeté
invalide l’homme
comme n’importe quel
produit de foire
postmoderne

Jean Chapdelaine Gagnon, Hallali

*choix de la lectrice de Duncan Grant

Un dimanche avec Ernesto Sabato 10

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 20:01

BENSON (Frank Weston) - 2

C’est curieux, mais vivre consiste à se faire de futurs souvenirs. (Ernesto Sabato)

*toile de Frank Weston Benson

Un dimanche avec Ernesto Sabato 9

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 18:01

BEAN (Kakao) - 2

Ni l’amour, ni les rencontres décisives, ni les désaccords profonds ne sont le fruit du hasard ; ils nous sont mystérieusement destinés. (Ernesto Sabato)

*aquarelle de Kakao Bean

Un dimanche avec Ernesto Sabato 8

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 16:01

BASTIEN-LEPAGE (Jules) - 2

Le fameux bon vieux temps ne signifie pas qu’il y aurait eu dans le passé moins de malheurs, mais qu’heureusement on s’empresse de les oublier. (Ernesto Sabato)

*toile de Jules Bastien-Lepage

Page suivante »